BREATHING OCEAN.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Et son rire innocent. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Et son rire innocent. [PV] Dim 27 Juil - 16:39


ET SON RIRE INNOCENT ET ENFANTIN FIT ÉCHAPPER LES FLEURS BLANCHES

Nuage de Feuilles & Nuage de Tempête



L'aube ne se levait qu'à peine. Les perles de rosée se déposaient sur tous les brins d'herbe et toutes sortes de plantes. Le ciel pâle avait une couleur jaune rosâtre. Aucuns nuages à l'horizon. Un nouveau jour se levait. Et chaque jour réservait une nouvelle rencontre pour moi. Une nouvelle surprise. Une nouvelle amitié. Une nouvelle rivalité. Un nouveau drame. Ou encore d'autres choses.

Avec un silence unique, je me séparai de mon frère qui m'écrasait. Celui-ci ne se réveilla même pas lorsque que sa tête toucha le sol humide. Mon regard s'emplit de nostalgie en le voyant émettre des petits ronflements. Sa respiration lente m'avait toujours rassuré. Discrètement, je sortis de l'antre des apprentis, et me faufilai hors du camp.

L'air humide et frais régnait sur le volcan. Évidemment, la journée à cet endroit on mourrait de chaud. C'est pourquoi je préfère sortir le matin ou le soir. Je traversai alors mon territoire en vitesse. Le matin, il y a un endroit meilleur où aller que sur ces vieilles pierres. Ma course n'était pas très rapide. Je n'allais peut-être pas très vite, mais je suis très endurant, ce qui est utile sur notre territoire.

J'arrivais alors au lieu voulut. Des papillons voletaient par-ci, par-là. Certains bleus, certains rouges. J'admirais avec fascination le Champ aux Papillons à l'aurore. J'aperçus alors rapidement que je n'étais pas seul. En effet, une novice du Clan de la Jungle se promenait également ici. Je m'approchais alors de celle-ci. Une fois assez proche, je lui demandai d'une voix douce et mielleuse :

- Que fait une jolie demoiselle ici à cette heure ?

C'est alors qu'un papillon blanc vint se poser sur ma museau. Avec une lueur amusée dans mon regard sombre, je commençais à rire de bon cœur. Un rire innocent, enfantin, cristallin. Tel un carillon qui sonnait pour annoncer un évènement spécial. Alors la fleur blanche se détacha de moi et virevolta dans l'air en frôlant la jolie apprentie.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Dim 27 Juil - 17:20

ET SON RIRE INNOCENT. arc
ft. Nuage de Tempête

Nuage de Feuilles commençait à se répéter. Rien de nouveau ne lui arrivait, rien de bien palpitant. Elle avait vécu pleins de belles choses avec Nuage Macabre durant quelques jours et puis ce fut silence radio lorsque celui-ci se lança dans son apprentissage. Et la pauvre petite apprentie, qui se retrouvait tous les jours seule dans sa tanière ! Elle se sentait tellement misérable, abandonnée par Poussière d'Emeraude qui semblait pourtant être la meilleure mentor qui puisse exister lorsqu'elles se virent pour la première fois... Mais il fallait croire que la petite minette avait une forme fragile : entre sa maladie, son long sommeil... Nuage de Feuilles ne lui en voulait pas du tout : la guerrière sortait d'un mal vert affolant, mais parfois elle aurait aimé avoir un autre mentor. Comme Reflet des Emotions, son papa/frère on ne savait pas bien, ou encore Perle Nacrée. Il s'agissait de guerriers hors pairs qui auraient aussi bien fait l'affaire que la rouquine. Mais bon, c'était comme ça, et elle ne pouvait rien y changer. Maintenant, elle ne pouvait qu'attendre que ça passe et que son entraînement débute enfin. Elle allait bientôt sur sa demi-lune et elle aurait aimé connaître un peu plus de choses que les terres libres. Aujourd'hui encore, elle irait s'y promener car c'était le seul endroit où elle se sentait bien, et en sécurité, ce qui pouvait paraître assez paradoxal.
Lorsqu'elle restait sur son propre territoire, elle avait toujours peur qu'un guerrier ne la trouve en train de flâner et ne la dénonce. Mais que pouvait-elle faire d'autre ? Elle ne savait ni se battre (on pouvait oublier les patrouilles aux frontières), ni chasser (même traitement pour les patrouilles de chasse). La seule chose qu'elle pouvait encore un minimum faire, c'était changer les nids de mousse des anciens, et monter la garde la nuit pour ne pas que les loupiots s'échappent de l'enceinte du camp. Génial, super, trop cool. Elle se sentait tellement inutile et c'était une réalité tellement douloureuse qu'elle avait peine à l'accepter. C'était la première fois qu'elle faisait ce genre de constats désagréables et ça ne lui plaisait pas.

Alors voilà, elle allait se dégourdir un peu les membres dans le Champ aux Papillons, car elle aimait tellement courir après ces petits insectes que ça lui remonterait le moral ! Elle galopa donc jusqu'aux terres libres aussi vite que ses petites pattes le lui permettaient et arriva finalement près du champs. Avec l'arrivée de la saison des feuilles nouvelles, c'étaient de larges rayons du soleil qui venaient abreuver les fleurs et de magnifiques coquelicots rouges se dressaient fièrement au milieu du champ. Il y avait aussi un énorme et stupéfiant cerisier dont les fleurs roses se tintaient légèrement de blanc au soleil, et puis une brise si délicate que Nuage de Feuilles se sentit décoller. Le capharnaüm d'odeurs la rendait si radieuse qu'elle courrait dans tous les sens pour attraper un magnifique papillon aux dégradés oranges. Elle voulait le tenir entre ses petits coussinets sans toutefois le tuer, juste pour l'examiner et comprendre un peu mieux comment ces petites bêtes pouvaient voler. Elle aurait tellement aimé voler, elle aussi ! Au dessus des arbres, au dessus des nuages, au dessus de l'île. Elle aurait traversé l'océan, cherché d'autres terres, d'autres chats, d'autres époques. Elle avait une soif inconcevable de liberté, de rêves et de douceurs cachées. Sa plus joie depuis sa naissance ? Avoir découvert la petite grotte cachée derrière la cascade. Pas terrible, n'es-ce pas ? Mais elle avait senti tant d'émotions, tant de vies passées là-dedans qu'elle aurait aimé découvrir le monde entier. Tous les territoires, tous les Clans, parler à tout le monde, tout connaître, tout voir, toute vivre, tout goûter...

« - Que fait une jolie demoiselle ici à cette heure ? »

Elle sursauta et se retourna pour se retrouver nez-à-nez avec un apprenti au pelage délicat et aux couleurs qu'elle ne connaissait pas. Il lui ressemblait un peu, avec ses poils légèrement caramel sur le bout de la truffe, et pourtant aux rayures sombres sur le reste du dos. Il avait aussi de petits yeux d'un bleu profond, un de ces bleus qu'elle aimait voir lorsque le soleil se couchait doucement dans l'azur du ciel. Elle le huma, et comprit qu'il s'agissait d'un apprenti du Clan du Volcan. Elle en avait déjà rencontré un, mais dans des circonstances un peu plus honteuses. Elle avait envie de lui poser mille questions ! Sur son Clan, ses territoires, sa vie dans un autre environnement... Pourtant tous les mots restaient coincés dans sa gorge. Elle chassa rageusement le papillon qui lui tournait autour depuis quelques temps (du genre 'eh, on joue plus ?'). Elle était énervée de ne jamais pouvoir avoir une discussion spontanée et agréable avec un apprenti et de toujours devoir chercher ses mots avant d'instaurer un climat de confiance. Elle était rarement à l'aise avec des matous, en particulier losqu'ils n'étaient pas de son Clan et qu'elle ne les connaissait ni d'Eve ni d'Adam.

« - Je... Je chassais. Enfin... des papillons. Et... voilà. Toi ? »

Nuage de Feuilles planta son regard par terre, juste aux pattes de l'apprenti en face d'elle, incapable de le fixer dans ses yeux d'un bleu palpitant. Elle n'était même plus capable de faire des phrases qui rimaient à quelque chose. Elle se trouvait tellement pathétique lorsque ça arrivait qu'elle avait juste envie de s'enfuir en courant. D'ailleurs, pourquoi ne le faisait-elle pas ? Elle ne lui laissa donc pas le temps de répondre et décida de simplement s'en aller.

« - Je... Jdois y aller ! »

Et elle déguerpit aussi vite que ses petites pattes lui permettaient. Sauf que pour repartir, elle devait passer à côté de l'apprenti du Clan du Volcan, car c'était le chemin pour rentrer. Elle voulut faire un demi-cercle pour l'éviter mais il avait plu la veille. Alors qu'elle allait l'éviter pour filer au vent, elle glissa dans une flaque de boue, d'eau, elle ne savait pas trop quoi, et glissa littéralement sur le pauvre apprenti du Clan du Volcan. Elle le percuta violemment et ils tombèrent dans les fourrés sans plus de cérémonie.

« - Par le Clan des Etoiles !  Je ! Je me confonds en excuses !! Je suis vraiment désolée, ce que je peux être maladroite parfois... Mais merci pour... pour le jolie ? »

Les pattes entremêlées au milieu du champ, Nuage de Feuilles essaya de se relever avec un peu plus de grâce qu'elle n'était tombée, lorsqu'elle remarqua le pelage tout sale et emmêlé du pauvre apprenti qui n'avait rien demandé. Si elle avait pu se cacher dans un trou de souris, croyez-moi bien quand je vous dit qu'elle l'aurait fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Dim 27 Juil - 20:47





La jeune femelle se retourna vers moi dans un sursaut. Elle avait l'air totalement perdue et mal à l'aise surtout. Le silence s'installa. Mais la jeune femelle me charmait déjà. Avec sa fine silhouette, son pelage d'un gris argenté, tel le mien. Ses yeux étaient d'un bleu saphir à faire fondre. On pouvait lire dans elle comme un livre ouvert. La lueur amusée de mes yeux resta encré dans ceux-ci. Sa fourrure était tigré d'un gris plus sombre. Apparemment, mon approche avait dérangé sa matinée. Mais la voir dans cette situation m'intéressait. Comment réagirait-elle ? Quel est son caractère ? Qui est dans ses pensées ?...

Vraiment, aujourd'hui, je voulais rester avec elle pour mieux la connaître. Car je l'avoue qu'elle m'intéressait fortement, encore plus que mon mentor ou encore Étoile de l'Espoir. Le papillon blanc d'auparavant se fit chasser par la jeune femelle, apparemment agacée par celui-ci. J'allais lui poser une question lorsque qu'elle miaula de sa voix charmante, embarrassée :

- Je... Je chassais. Enfin... des papillons. Et... voilà. Toi ?

Je réfléchis à la question. Je savais ce que j'allais lui dire, quelque chose qui allait encore plus la gêner. Le soleil faisait rayonner les petites perles de rosées qui commençaient déjà à s'évaporer. Les fleurs aux alentours offraient un vrai paradis fleuri. Les quelques arbres portaient autant de pétales que ceux des roses. Les cerisier mouchetaient le sol d'une fine couche d'ombre, faisant un véritable jeu d'ombre et de lumière magnifique à regarder. Les fins rayons sublimaient mes yeux qui prenaient des reflets azur.

La novice regarda le sol, gênée. Soudain, elle releva la tête et déclara aussi rapidement qu'un papillon qui virevoltait :

- Je dois y aller !

Elle partit à l'opposé de moi. Dommage, j'aurais aimé lui parler un peu plus longtemps. J'allais la suivre pour la raccompagner, pour discuter avec elle, pour la charmer, que d'un coup, je fus projeté au sol. Je tombai alors dans l'herbe haute et dans une flaque d'eau. Me voilà tout mouillé. Si mon frère serait là, il aurait éclaté de rire et serait parti au courant. Car tout le monde sait dans le clan que je déteste être sale. Alors là, j'aurais poursuivi Nuage de Magellan pour lui faire subir le même sort.

Mais là, c'est différent, vu que c'est la femelle qui m'avait sans faire exprès bousculée. Je retins alors mes nerfs, mais ça le fit tout seul, lorsque que je croisai son regard sublime. La femelle se releva, affolée. Elle commença à miauler, honteuse :

- Par le Clan des Etoiles ! Je ! Je me confonds en excuses !! Je suis vraiment désolée, ce que je peux être maladroite parfois... Mais merci pour... pour le jolie ?

Je ronronnai d'amusement. L'apprentie se releva avec non grâce, par rapport à moi. Je me secouai pour enlever les gouttes d'eau qui perlait ma fourrure. Je me léchai alors la patte puis relevai mon regard vers la novice. Je lui miaulai d'une voix mielleuse :

- Je ne t'en veux pas. Dommage que tu partes si tôt, j'aurais aimé passer plus de temps à tes côtés. Avant que tu ne partes, j'aimerais connaître ton joli nom ... Sûrement aussi joli que toi.

Puis je me souvins alors de la question de la femelle. Tout en faisant ma toilette, je repris :

- Ce que je faisais ici ? T'admirer.

En voyant alors son regard embarrassé et gêné, je partis dans un rire innocent. Je lui miaulai alors, avec douceur :

-Non je déconne. J'étais venu ici juste pour admirer le paysage, parce qu'à l'aurore l'endroit est magnifique ... Aussi magnifique que ton doux minois;

Je ne m'arrêterai jamais à draguer cette jeune minette, qui ne connaissait sûrement rien en amour. Enfin, qu'est-ce que j'en sais ? Je ne la connais même pas.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Dim 27 Juil - 21:53

ET SON RIRE INNOCENT. arc
ft. Nuage de Tempête

Super Nuage de Feuilles, maintenant tu l'as tout dégueulassé ! Il va être tellement furieux ! Alors que l'apprentie essayait de remettre l'apprenti du Clan du Volcan sur patte (sans toutefois aggraver encore plus son cas !) il laissa échapper un ronronnement d'amusement et elle sentit un petit poids s'envoler de ses épaules. Bon au moins elle ne l'avait pas fâché et il ne lui sauterait pas dessus pour l'étriper ou lui faire la peau. Il se secoua et commença à faire sa toilette. Elle fit un mouvement pour l'aider mais se rappela qu'ils n'étaient en rien proches et encore moins du même Clan. Son regard remonta et croisa le regard de l'apprentie qui, trop gênée, le rebaissa à nouveau.

« - Je ne t'en veux pas. Dommage que tu partes si tôt, j'aurais aimé passer plus de temps à tes côtés. Avant que tu ne partes, j'aimerais connaître ton joli nom... Sûrement aussi joli que toi. »

C'était bien la première fois que quelqu'un s'intéressait à Nuage de Feuilles de cette manière. C'était plutôt inhabituel pour elle, et elle ne savait pas du tout comment réagir. Sa mère l'avait bien mise en garde contre les mâles, mais habituellement sa timidité faisait office de répulsion. La plupart des mâles n'avaient que faire d'une ombre trop timide : Nuage de Feuilles était comme une fleur, qui s'ouvrait doucement sous le regard avide de l'aube. Il fallait savoir apprécier son éclosion, car c'était ce qu'elle avait de plus beau à offrir. Sauf que parfois, ça prenait du temps. Une petite part d'elle était contente que le matou n'abandonne pas. Il était beau, et presque 'romantique'. C'était touchant qu'il s'intéresse à elle malgré ses quelques problèmes d'ouverture qui ne survenaient qu'au début d'une relation. Mais ce dont elle avait le plus peur, c'est qu'il ne l'apprécie pas comment elle était à l'intérieur. Avec l'apprentie, il fallait non seulement passer la première étape (l'éclosion donc), mais ensuite endurer la seconde (les épines de la rose). Et fallait y aller pour trouver un mâle (ou même une femelle c'était le même topo, mais au moins la femelle se frottait directement aux épines) qui accepta d'attendre tant de temps pour décrocher un mot sympa de la minette. Sauf qu'après, eh bien elle ne s'arrêtait plus. Nuage de Feuilles allait d'un extrême à l'autre, et soit elle restait muette comme une carpe, soit elle se mettait à jacasser comme une oie. C'était au choix.

« - Ce que je faisais ici ? T'admirer... Non je déconne. J'étais venu ici juste pour admirer le paysage, parce qu'à l'aurore l'endroit est magnifique... Aussi magnifique que ton doux minois. »

Ce fut la première fois que la femelle tigrée releva brusquement la tête et croisa le regard abyssal du mâle. Ses yeux s'agrandirent comme des yeux de hibou, et elle laissa échapper un petit rire nerveux. Il la mettait vraiment mal à l'aise.

« - Je m'appelle Nuage de Feuilles... et toi ? Je te remercie pour tous ces... compliments. Toi aussi, tu es très beau. Mais j'ai sali toute ta fourrure qui était propre... Tu veux qu'on trouve un cours d'eau avant que la boue ne sèche ? »

Elle n'avait que faire de son propre pelage, elle s'en fichait en fait pas mal qu'il soit sale ou non. Mais l'apprenti du Clan du Volcan était tellement gentil avec elle qu'elle ne savait pas trop quoi faire pour se faire pardonner de cette bourde... Elle préféra le lui demander directement, de peur de faire une nouvelle gaffe (elle pouvait les collectionner parfois !). Il avait beau lui avoir dit qu'il ne lui en voulait pas, c'était gênant.

« - En fait... Je ne devais pas vraiment partir, tu sais, dit-elle comme si l'apprenti ne s'en doutait pas déjà. Qu'est-ce que... je peux faire pour me faire... pardonner ? s'enquit-elle en lui lançant un petit regard désespéré. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Lun 28 Juil - 18:38




Une fois que j'eus terminé de prononcer mes mots, la femelle releva brusquement sa tête. Son regard croisa le mien. La nervosité rongeait ses grands yeux azurés, comme lorsqu'une chenille dévorait sa feuille. Elle laissa échapper un petit rire. Je pouvais lire en elle comme dans un livre. Là par exemple, je la rendais mal à l'aise. Je la laissai un moment dans sa bulle, pour me faire un brin de toilette. Je me retournai pour passer ma langue sur mon poil épais et sali. J'en retirai un goût immonde. Mais voulant être propre, je continuai. Alors que je ma langue rappeuse continuait à nettoyer mon pelage sombre, la novice me répondit alors :

- Je m'appelle Nuage de Feuilles... et toi ? Je te remercie pour tous ces... compliments. Toi aussi, tu es très beau. Mais j'ai sali toute ta fourrure qui était propre... Tu veux qu'on trouve un cours d'eau avant que la boue ne sèche ?  

Nuage de Feuilles ... En y pensant, c'est vrai que les rayures sur son pelage clair ressemblait aux nervures de la parure des arbres. Sa proposition me tentait bien. Après tout, je n'aurais plus ce goût atroce dans ma bouche et cela sera plus simple. Surtout qu'à présent, le soleil commençait à bien monter et illuminer le ciel. Je retournai mes yeux ténébreux vers son visage. J'allais lui répondre quand elle me coupa :

-En fait... Je ne devais pas vraiment partir, tu sais. Qu'est-ce que... je peux faire pour me faire... pardonner ?

Je fus étonné qu'elle prenait tant à coeur à s'excuser de m'avoir bousculée. Après pour sa "fugue", je m'en doutais un peu. Pourquoi m'avait-elle menti dans ce cas ? N'aimait-elle pas ma compagnie ? Restant impassible, je lui répondis :

- Enchanté Nuage de Feuilles. Moi c'est Nuage de Tempête, fils du grand Etoile Embrasée et apprenti d'Etoile de la Sirène. J'aimerais bien leur ressembler un jour.

Je ne voulais pas trop me vanter de ce que je venais de dire, mais je voulais lui démontrer que j'aimerais honorer mon père en devenant à mon tour meneur. Peut-être l'avais-je dit d'une façon floue, qu'elle prendra pour de l'orgueil. Je lui adressai alors un fin sourire. Mon regard se porta alors au loin, et à la lisière de la jungle je vis un ruisseau. En lui montrant du bout de la queue l'eau pure je lui miaulai :

-Allons-y !

Sans attendre un seul mot d'elle, je trottinai déjà vers le ruisseau transparent. Une fois sur ses rives, je posai mon coussinet sur la surface de l'eau. Elle était fraîche. Sans y prêter attention, je plongeai dans l'eau froide. Je m'assis alors sur les galets au fond. Les pierres faisaient un dégradé de blanc jusqu'au noir. Je me retournai alors vers Nuage de Feuilles. Une lueur amusée s'imprima sur mes yeux, alors que d'un mouvement vif de ma patte, j'arrosai la minette. Le jeu avait commencé.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Lun 28 Juil - 20:59

ET SON RIRE INNOCENT. arc
ft. Nuage de Tempête

« - Enchanté Nuage de Feuilles. Moi c'est Nuage de Tempête, fils du grand Etoile Embrasée et apprenti d'Etoile de la Sirène. J'aimerais bien leur ressembler un jour. »

L'apprenti la dévisageait avec une lueur dans le regard qu'elle trouvait dérangeante. Elle n'arrivait pas bien à comprendre ce qui lui arrivait à ce moment précis. Elle venait de rencontrer Nuage de Tempête, un dragueur apparemment émérite qui la mettait dans tous ses états. Nuage de Tempête. C'était joli, comme nom. C'était la fougue, le temps, les abysses. C'était très naturel, sans artifice. Elle aimait bien. Elle avait toujours été persuadée que les noms influaient grandement sur une personne. Nuage de Tempête lui faisait penser à une boule d'énergie, et c'était ce qu'elle voyait clairement en l'apprenti du Clan du Volcan. Elle savait qu'il n'était pas du genre à glander dans la tanière des apprentis et à se cacher derrière des excuses bidons. Elle l'imaginait courageux, loyal, et fort. Un peu comme une étoile, un peu comme un chef. Ca ne l'étonnait pas tant que ça donc, qu'il soit fils d'étoile et apprenti en même temps. Elle voulut lui demander comment ça faisait d'être à ce poste (sans réelles responsabilités, mais avec des contraires morales qu'elle ne voulait pas imaginer !), mais elle n'en eut pas le temps. En effet, le temps de mettre ses pensées dans l'ordre, le bel apprenti rayé avait déjà fait demi-tour dans une injonction spectaculaire.
Il s'éloigna de Nuage de Feuilles et celle-ci lui emboîta le pas, non sans déraper quelques instants dans la boue malgré tout. L'apprenti plongea en premier lieu ses pattes dans le petit cours d'eau qui traversait le champ aux papillons, avant de s'enfoncer littéralement dedans. Un nuage de boue naquit autour de l'apprenti, comme une robe de dentelle. Elle pouffa de rire à cette idée et posa une de ses pattes dans l'eau, histoire de la goûter avant de m'enfoncer dedans. Elle la trouva agréablement fraîche et décida de dénouer son pelage dedans. Elle n'aimait pas spécialement l'eau mais parfois, il fallait savoir faire des sacrifices pour ne rien perdre de la beauté de son pelage. Elle allait à nouveau aborder le sujet des étoiles avec Nuage de Tempête lorsque celui-ci lui envoya une gerbe d'eau dans la tronche avant qu'elle n'en ai eu le temps. Elle grommela et glissa sur les galets pour s'approcher du petit matou. Au lieu de lui envoyer de l'eau à la figure elle lui sauta dessus et lui mordit gentiment le cou.

« - Alors fils d'étoile, on prend les autres en traître ? s'esclaffa-t-elle, comme si toute gêne s'était alors envolée. »

Elle aimait se battre et s'amuser avec les autres, même si c'était un mâle séducteur d'un autre Clan. C'était vraiment quelque chose qui arrivait à lui faire lâcher prise, et à la mettre de bonne humeur. Elle bondit en arrière, l'eau lui arrivant au ventre fit gicler une autre éclaboussure sur le petit matou pour lui apprendre.

« - Dis, ça fait quoi d'être l'apprenti de ton chef ? Ca doit être chouette, elle doit t'apprendre tellement de trucs ! Mais... Je suis désolée pour ton père, tu sais. Je veux dire, si c'était le chef du Clan du Volcan, c'est qu'il est décédé puisque maintenant c'est Etoile de la Sirène. Moi aussi, mon père est mort. On a quelque chose en commun ! »

Elle éclata d'un rire cristallin avant de se lécher le bout de la patte pour faire partir quelques morceaux de boue encore séchée. Cette petite baignade dans l'eau lui rappela son saut dans la Cascade mais aussi des jours qui suivirent durant lesquels elle fut malade comme un chien. Elle préféra donc avertir son partenaire des dangers de l'eau, surtout lorsque la saison ne s'y prêtait pas encore totalement. Elle ne voulait pas qu'il se fasse une extinction de voix, elle en aurait perdu tous les compliments.

« - Il ne vaut mieux pas qu'on reste trop longtemps dans l'eau, on risque de tomber malade ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Mar 29 Juil - 23:10




Je m'attendais à ce qu'elle m'injure de l'avoir mouillée, comme toutes les femelles qu'il y a dans le clan mais finalement, elle m'avait surpris en se jetant sur moi pour me mordiller. Cela détendait, de s'amuser ainsi. C'est comme si chaque étincelle d'eau reçu sur notre fourrure nous faisait oublier un peu plus nos problèmes. Comme si cela nous nettoyait de ce tourment constant. A vrai dire, je ne suis pas vraiment perturbé par ma vie. J'ai eu pas mal de chance par rapport à d'autres. Mais moi, j'ai mon secret du problème. Alors qu'en fronçant les sourcils, j'allais moi aussi me venger mais gentiement, la femelle argentée me miaula, espiègle :

- Alors fils d'étoile, on prend les autres en traître ?

Avec douceur,  je lui mordis son oreille. Nuage de Feuilles se vengea, en m'éclaboussant de l'eau bien fraîche. J'étais tout simplement trempée jusqu'à la moelle des os. Je clignai des yeux. Après tout, la femelle est passée d'état timide à batailleuse. Quel saut d'humeur ! Mais je ne m'en plains pas. Après tout, qu'un inconnu débarque le matin en te séduisant ... Tant mieux, on devient amis, et j'apprécie ce fait. Alors que j'allais la renverser dans l'eau, elle me demanda, curieuse :

-Dis, ça fait quoi d'être l'apprenti de ton chef ? Ca doit être chouette, elle doit t'apprendre tellement de trucs ! Mais... Je suis désolée pour ton père, tu sais. Je veux dire, si c'était le chef du Clan du Volcan, c'est qu'il est décédé puisque maintenant c'est Etoile de la Sirène. Moi aussi, mon père est mort. On a quelque chose en commun !

Alors comme ça, la femelle avait aussi perdu son père. Mais il lui restait aussi sa mère et ses frères et soeurs, si elle en a. Mais qu'elle dise qu'être apprenti de chef devait être chouette ... Enfin ça dépend. Parfois c'est super, parfois ça peut être lourd. J'allais lui répondre à sa question quand elle me coupa :

-Il ne vaut mieux pas qu'on reste trop longtemps dans l'eau, on risque de tomber malade !

Sans dire un mot, je la suivai, dans un carré d'herbe tendre exposé au soleil. Je m'assis sur le sol moelleux et me léchai la patte, pour sécher mon pelage. La chaleur des rayons de l'astre ascendant fera le reste du travail. Je repensais à ce qu'elle avait dit et lui répondis :

-Etre apprenti d'un chef c'est un grand honneur il est vrai. Mais parfois, ils attendent trop de nous, et les autres novices aussi. Après cela dépend du caractère du meneur. Je parti dans un petit rire. Je repris alors, le ton plus sérieux. Tu n'as pas à être désolé pour lui. Après tout, j'ai même pas eu le temps de le connaître. Apparemment, je suis né lors d'un incendie ou mes parents et le reste de mes frères et soeurs sont morts. Heureusement pour moi, Etoile de la Sirène, encore lieutenante à ce temps-là m'avait sauvé moi et mon frère, Nuage de Magellan. Mais je n'y pense pas trop. Après tout, c'est le destin. Personellement, j'ai une technique pour profiter de la vie et oublier nos problèmes. On ne vit qu'une fois, il faut faire le plus de choses chaque jour, car après tout, tout peut arriver le lendemain. On ne peut pas prévoir notre avenir.

Je terminai mes mots dans un ronronnement chaleureux. Alors je m'écartai de Nuage de Feuilles pour secouer mon pelage encore trempé. Je ne voulais pas arroser la pauvre femelle. Une fois que j'eus terminé de m'ébrouer, je la rejoingnis, léchant toujours ma patte qui passait sur mon crâne sombre. Puis, je relevai ma tête pour lui demander :

- Et toi ? C'est quoi ton rêve ? Tu l'as sûrement deviné, moi c'est devenir le meilleur guerrier de tous les temps, et rester gravé dans la mémoire des clans.

Je voulais lui poser d'autres questions, sur sa famille, sur son clan, comment on vivait dans son clan, connaissait-elle beaucoup de félins des autres clans ? Mais je ne pouvais pas tout lui demander en même temps, attendons encore un peu, le temps qu'elle puisse se reposer un peu et de réfléchir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Ven 1 Aoû - 15:48

ET SON RIRE INNOCENT. arc
ft. Nuage de Tempête

Nuage de Tempête lui mordilla l'oreille et elle manqua de laisser échapper un petit ronron d'amusement mais se reprit à la dernière minute. Ils étaient de deux Clans différents, et elle avait encore une certaine retenue. Le Code du Guerrier stipulait clairement qu'il ne fallait pas entretenir des relations amicales avec des membres d'autres Clans, mais elle ne comprenait pas bien ce commandement. S'ils étaient tous amis, il n'y aurait alors plus jamais de guerres, etque des temps de paix. Elle ne voyait pas vraiment le mal à être amie avec Nuage de Tempête, et qu'il soit du Clan du Volcan ne changeait rien au fait que c'était un apprenti plutôt agréable à regarder et qui pour le moment semblait bien sur tous les plans. Peut-être était-il un chat vaniteux, égoïste et narcissique, mais pour le moment elle ne le voyait pas. Et stigmatiser autrui n'arrangerait rien aux relations claniques. Pourquoi ne pas entretenir une entente cordiale entre tous les chats de l'île ? Et au pire, si quelqu'un lui rapprochait quoi que ce soit, il y avait toujours le bon vieux diction qui viendrait à sa rescousse « sois proche de tes amis, et encore plus proche de tes ennemis ». Nuage de Feuilles aimait particulièrement les dictons, surtout lorsqu'ils étaient pleins de bon sens.

Les deux apprentis sortirent doucement du cour d'eau et Nuage de Feuilles s'ébroua pour arroser encore un peu l'apprenti du Volcan. Ils s'assirent sur la couverture verte du champ et elle regarda un instant les papillons virevolter autour d'eux tandis que les rayons du soleil les réchauffaient. Nuage de Tempête lui expliqua alors qu'être apprenti du chef n'était pas toujours une partie de plaisir, et elle pouvait le comprendre. Les chefs devaient être très exigeants avec leur propre apprenti. Elle était finalement pas plus mal entre les pattes de Poussière d'Emeraude ! Il lui expliqua ensuite qu'il n'avait pas beaucoup connu son père, et elle hocha la tête. Elle non plus, puisqu'il avait décidé de ne pas s'occuper de la portée d'Aube d'Hiver. Elle était bien mieux sans lui : après tout, elle avait tout un Clan derrière elle, ce n'était pas comme si elle était seule ou quoi. Sauf que lorsque Nuage de Tempête dit que son frère s'appelait Nuage de Magellan, ses oreilles se dressèrent automatiquement et un petit sourire se dessina sur ses babines. Ils étaient donc frères... Elle se souvenait clairement de sa rencontre avec l'autre apprenti du Volcan, encore plus séducteur que celui qu'elle avait en face d'elle. C'était simple : elle n'avait pas réussi à perdre son malaise. Avec Nuage de Tempête, c'était différent. Et pourtant maintenant qu'elle y pensait, ils avaient une ressemblance impressionnante.

« - Nuage de Magellan... Comme quoi ça doit être de famille d'être ami avec des membres du Clan de la Jungle. Je l'ai trouvé tout près de notre frontière il y a quelques jours de ça... Vous vous ressemblez beaucoup. Et je suis d'accord, il faut profiter de ce qu'on a, parce que rien n'est éternel. »

Elle regarda ses patounes, mal à l'aise d'avoie ce genre de conversation. C'était presque la première fois qu'elle avait une conversation aussi sérieuse avec quelqu'un qui n'était pas proche d'elle. Elle préférait nettement l'amusement, la superficialité plutôt que de parler de choses qui lui tenaient à cœur. Ce n'était pas désagréable pour autant, juste inhabituel. Elle se sentait proche de l'apprenti, mais elle ne savait pas trop pourquoi. Ils avaient le même passé, le même pelage, sauf que Nuage de Feuilles, son frère était mort, emporté par la maladie. Mais sinon, elle aussi aurait eu Nuage de Pierres pour l'accompagner dans ses folies. Elle voulut le lui dire, lui expliquer, mais sa gorge se noua et elle préféra continuer à l'écouter. Elle ne pouvait pas se confier à un inconnu, elle avait bien assez d'amis au Clan pour ça. Elle voyait ça presque comme une trahison envers eux pour le moment.
Nuage de Tempête profita de ce petit moment de silence pour s'éloigner un peu et pour revenir. Il avait le poil légèrement plus long que le mien et mettrait certainement plus de temps à sécher.

« - Et toi ? C'est quoi ton rêve ? Tu l'as sûrement deviné, moi c'est devenir le meilleur guerrier de tous les temps, et rester gravé dans la mémoire des clans.
- Oh, j'espère vraiment que tu y arriveras. Mais il faut pour ça que tu te concentres sur ton apprentissage, au lieu de passer ton après-midi avec une apprentie du Clan ennemi, hein ? Qu'est-ce que dirait ton chef s'il te voyait en ma compagnie ? »

Nuage de Feuilles n'essayait pas de chasser l'apprenti gris. Simplement elle se sentait mal de passer du temps avec lui, de commencer à l'apprécier, de se trouver des points communs avec lui... Elle ne voulait pas d'une amitié inter-clanique, mais ne voulait pas que l'après-midi se termine. Elle était tiraillée entre la fidélité qu'elle avait pour son Clan et celle pour ses croyances : qu'importait le Clan, un chat était un chat.

« - J'aimerais bien devenir chef un jour, mais je ne serais jamais prête à tout pour obtenir ce poste, pas comme certains... Mais je n'ai pas vraiment de rêve à part ça. Chasser une biche aussi, ça me plairait. J'aimerais bien aussi découvrir d'autres choses que notre île... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Mar 5 Aoû - 1:20





La femelle paraissait réfléchir un instant, avant de me dire que je ressemblais beaucoup à mon frère, ainsi que j'avais raison sur le temps. Cette pensée me fit sourire. Puis la novice reprit, avec douceur :

- Oh, j'espère vraiment que tu y arriveras. Mais il faut pour ça que tu te concentres sur ton apprentissage, au lieu de passer ton après-midi avec une apprentie du Clan ennemi, hein ? Qu'est-ce que dirait ton chef s'il te voyait en ma compagnie ?

Elle finit sa phrase d'un ton plutôt mielleux. Je ricanai alors doucement. Pensait-elle me chasser aussi facilement alors que je commençais à peine à m'amuser ? Franchement, je trouve la Nuage de Feuilles très sympathique. C'est vrai que si je l'aurais pas séduit de cette façon, elle aurait été encore plus difficile d'accès sociable. Son seul problème est la timidité envers les autres peut-être ? Ce qui est totalement différent de moi. Je suis complètement à l'aise avec n'importe qui, je ne déteste personne - sauf mes rivaux - et aime tout le monde. Après tout, tout le monde a ses défauts et ses qualités. J'ai rencontré tant de personnes en terre libre ! J'en ai approché tellement ... Ils sont tous finalement devenus me amis. Le secret de l'amitié, c'est accepter tel quel est l'est la personne. La femelle grise reprit alors, avant que je ne puisse lui répondre :

- J'aimerais bien devenir chef un jour, mais je ne serais jamais prête à tout pour obtenir ce poste, pas comme certains... Mais je n'ai pas vraiment de rêve à part ça. Chasser une biche aussi, ça me plairait. J'aimerais bien aussi découvrir d'autres choses que notre île...

Je lui miaulai alors, pendant que mon regard admirait le ciel à présent bleu azur et ensoleillé :

-Ton encouragement me touche beaucoup. Tu sais, j'ai toujours beaucoup de temps libre, et je suis plutôt avancé sur mon apprentissage, je n'ai pas de problèmes à me faire. Surtout que Etoile de la Sirène me fait confiance et m'aime comme je suis. Tu sais, j'ai rencontré beaucoup de personnes au lac ou sur la colline, comme toi. Et puis ... Tous les apprentis ont leurs temps de repos, ben moi j'en profite pour connaître les félins des autres clans.

Je me couchai dans l'herbe douce, pendant que les papillons voletaient près de moi. La différence entre le matin et l'après-midi était impressionnante. Moins qu'avec la nuit et le jour mais plutôt fascinant quand même. Il y a quelques minutes à peine, il faisait pâle, clair, humide, frais. Maintenant toute cette fraîcheur a disparu, laissant place à une douce chaleur, l'humidité s'est envolée ... J'écoutai le doux son du clapotis de la rivière avant de continuer :

-Tout le monde peut devenir chef, il suffit juste d'y mettre toute sa conviction et sa détermination. Il n'y a pas de force, d'agilité, de vitesse, de beauté, de gentillesse. Il suffit juste d'une loyauté de fer, avec une grande détermination. Ce n'est qu'en croyant en la réalité de ses rêves qu'on peut y arriver. Je fis une légère pause, avant de reprendre d'un ton doux. Je n'ai jamais vu de biches, mais je pense que c'est l'équivalant des rapaces qui volent sur mes terres. J'en ai déjà attrapé. Pour ce qui est découvrir l'île ... Pourquoi ne pas le faire en ma compagnie, hmmm ?...

En attendant aucunes réponses de sa part, je la renversai sur le sol. Je me tenais au dessus d'elle, à la regarder d'un regard qui voulait tout dire. De la joie, de la compassion, de la séduction et de l’amusement y dansaient. Un beau bal de gaieté.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Mer 13 Aoû - 20:39

ET SON RIRE INNOCENT. arc
ft. Nuage de Tempête

Nuage de Tempête lui expliqua alors que ce qu'elle avait dit le touchait et qu'il avait bien avancé dans son apprentissage : si bien qu'il avait beaucoup de temps libres. Elle regarda un instant ses pattes argentées, presque jalouse qu'il soit si fort, alors qu'elle ne pouvait même pas encore se vanter d'être une bonne apprentie. Elle n'avait encore que des connaissances rudimentaires en matière de chasse, et elle ne parlait même pas de combat car elle ne savait tout simplement faire aucun mouvement digne de ce nom. Elle n'en voulait pas à Poussière d'Emeraude, les tords étaient partagés. Nuage de Feuilles s'était bien souvent évadée car elle avait peur de réellement entamer son apprentissage. Elle avait peur de savoir se battre, de devoir combattre des membres de Clan ennemi, avec lesquels elle avait si souvent eu des conversations. Nuage de Tempête ajouta aussi qu'il avait rencontré pas mal de monde de cette manière.
Et alors quelque chose d'extrêmement étonnant lui arriva. Elle sentit une réelle pointe de jalousie la transpercer. Elle n'était donc pas une exception et l'apprenti devait rencontrer pleins d'autres jolies apprenties de cette manière. Lorsque cette pensée lui traversa l'esprit, elle se sentit glacée de l'intérieur. Pourquoi avait-elle cette pensée ? C'était stupide. Elle la chassa d'un coup de queue agacé sans laisser rien paraître de plus.
Il s'allongea dans l'herbe douce sans vraiment remarquer la saute d'humeur de l'apprentie de la Jungle, regardant les alentours comme d'un oeil nouveau. Les flèches du soleil transperçaient son pelage tigré et ravivaient les teintes beigeâtres de son museau.

Il enchaîna sur le rêve qu'avait effleuré Nuage de Feuilles. C'était un petit rêve de chaton qu'elle gardait continuellement en tête, mais auquel elle ne croyait pas tant que ça. D'une part parce qu'elle ne se sentait pas d'attaquer quiconque, et il fallait un chef fort et fier pour tenir un Clan. Etoile des Démons avait une prestance, une assurance qu'elle n'aurait jamais et elle le savait. Le Clan de la Jungle n'accepterait jamais d'avoir une bonne patte comme lieutenant, et elle ne se voilait pas la face. Ca ne l'attristait pas trop. Elle resterait aux côtés de ceux qu'elle aimait, sans rien demander de plus, appréciant un quotidien chaleureux.

« - Tout le monde peut devenir chef, il suffit juste d'y mettre toute sa conviction et sa détermination. »

Mais voilà, avait-elle ces qualités ? Elle n'avait qu'une maigre conviction et une détermination qui fondait comme neige au soleil. C'était peut-être aussi pour ça que son entraînement battait tant de l'aile, et elle ne le réalisait que pleinement maintenant. Sans le savoir, Nuage de Tempête avait touché un point sensible, mais là encore elle fit tout ce qu'elle pouvait pour n'en rien laisser paraître.
Plongée dans ses pensées, elle avait totalement raté le reste de ces propos et elle reprit le train rapidement.

« - Je n'ai jamais vu de biches, mais je pense que c'est l'équivalant des rapaces qui volent sur mes terres. J'en ai déjà attrapé. Pour ce qui est découvrir l'île ... Pourquoi ne pas le faire en ma compagnie, hmmm ? »

Nuage de Feuilles allait lui répondre alors qu'il lui sautait dessus pour la renverser sur le sol. Les deux pattes solidement ancrée sur ses épaules, il plongea son regard d'un bleu déroutant dans le sien, et elle sentit son coeur rater un battement. Son souffle se fit plus court et elle mit un petit instant à retrouver le fil de ses pensées, si peu habituée de vivre ce genre de retournement de situation.

« - Vui... voui oui, je serais très... honorée de visiter les territoires avec toi... bafouilla-t-elle, butant sur les mots. »

Elle essaya de se retirer de l'étreinte mortelle de Nuage de Tempête mais elle n'avait ni la force ni l'envie de se dégager réellement. Elle resta un instante coite, totalement absorbée par la beauté de ce regard, si transperçant, si expressif. La gaieté était presque palpable dans la chaleur étouffante de cette après-midi (ou alors était-ce la proximité de l'apprenti ?) et elle sentit des fourmis chatouiller ses coussinets. Reprends toi imbécile !
Pas un instant elle ne s'imaginait en danger aux côtés de Nuage de Tempête, qui aurait pu lui trancher la gorge d'un petit coup de griffe acéré. Du bout de la truffe elle chatouilla les moustaches de l'apprenti et posa ses propres pattes contre les épaules de Nuage de Tempête. Elle fit sa majorette sur les épaules de l'apprenti aux couleurs similaires, comme lorsque les chatons touchent les mamelles des reines. Elle laissa échapper un petit ronron amusé.

« - Mais si tu veux vraiment me montrer des trucs cools, il faudrait que je reprenne possession de mon corps, tu ne crois pas ? chuchota-t-elle, se sentant pousser des ailes. Et pour une petite parenthèse, une biche, ça ne vole pas ! s'esclaffa-t-elle. C'est un grosanimal avec quatre pattes et qui saute dans tous les sens et c'est super bon ! Mais je pense pas qu'il y en ai sur tes terres, ça a l'air tellement aride ! Tu n'as pas les coussinets tout brûlés le soir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Jeu 14 Aoû - 16:35




Son regard ne se détachait pas du mien. Le temps semblait comme suspendu. Nous étions dans notre petite bulle, on oubliait le monde extérieur. Ses yeux clairs et innocents m'hypnotisaient. Le soleil pâle nous éclairait silencieusement et nous réchauffait, faisant de nos fourrures grises des poils dorés. Même les papillons semblaient s'arrêter de virevoltait dans les airs, comme des pétales blanches qui tombaient. C'est comme si la nature nous offrait un plaisir délicieux, voulant que nous profitions de cet instant qui ne dure qu'en réalité, une seconde, une petite seconde.

Je pense que la minette est heureuse d'avoir cette couverture duveteuse sur le corps. Car moi, je m'attends déjà à la voir rougir, gênée. La femelle argentée balbutia alors, de sa voix douce qui me faisait délirer :

« Vui ... voui oui, je serais très ... honorée de visiter les territoires avec toi ... »

Un sourire séduisant se dessina sur mes babines. Cette situation me faisait bien rire. Non, ce n'est pas tourmenter la petite femelle qui m'amusait, mais toutes les apprenties qui craquaient sur moi. Si un jour elles apprenaient que j'avais choisi elle, et personne d'autre ! Les malheureuses ... Elle, elle était unique dans son genre. Et sa maladresse qu'elle avait, me faisait toujours sourire de bonheur. Si je pouvais passer toutes mes journées comme ça avec elle, j'accepterais avec joie ... Mais c'est impossible. Et c'est pour ça que je veux profiter de cette journée rare. C'était ma seule chance de la conquérir. Elle fit mine de jouer avec moi avant de ronronner. J'en profitai à mon tour pour ronronner aussi. Puis, elle miaula :

« Mais si tu veux vraiment me montrer des trucs cools, il faudrait que je reprenne possession de mon corps, tu ne crois pas ? Et pour une petite parenthèse, une biche, ça ne vole pas ! C'est un gros animal avec quatre pattes et qui saute dans tous les sens et c'est super bon ! Mais je pense pas qu'il y en ai sur tes terres, ça a l'air tellement aride ! Tu n'as pas les coussinets tout brûlés le soir ? »

Sous sa demande, je la relâchai et m'assis à côté d'elle. Alors comme ça une biche c'est ça ? D'une voix amusée, je lui répondis aussitôt :

« T'inquiète pas, tu es relâchée ! J'émis un petit rire, puis ajoutai. Tu me montreras un jour une biche alors ? En premier, on va visiter mes terres ! T'inquiète pas tu ne crains aucuns dangers, lorsqu'il fait chaud tout le monde préfère rester dans le camp. Je t'attraperais un aigle et je te ferais goûter, ça aussi c'est bon ! Et petite parenthèse pour moi aussi, non je n'ai pas les pattes brûlées parce que nos coussinets sont costauds. »

Je terminai en lui faisant un grand sourire joyeux. Vu que je savais qu'elle me suivait, je quittai le champ au papillon pour me diriger vers mon territoire. On avait quitté le champs pâle et joyeux, pour passer sur une terre aride. Mes pattes blanches pénétrèrent alors mon territoire. Sur un carré d'herbe sèche, je m'assis, attendant que Nuage de Feuilles me rejoigne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Ven 15 Aoû - 11:42

ET SON RIRE INNOCENT. arc
ft. Nuage de Tempête

Nuage de Tempête.
Ce n'était qu'un apprenti qu'elle aurait pu ne jamais rencontrer, ne jamais voir, et pourtant. Pourtant tout ça était arrivé. Croyait-elle au destin ? Pas vraiment. Aux coups de foudre ? Non plus. Et ce n'était rien de tout ça qu'elle ressentait envers l'apprenti tigré. C'était plutôt une sorte de bouleversement car elle, Nuage de Feuilles, l'apprentie invisible, venait enfin d'être remarquée.

« - T'inquiète pas, tu es relâchée ! Tu me montreras un jour une biche, alors ? En premier, on va visiter mes terres ! T'inquiète pas, tu ne crains aucun danger, lorsqu'il fait chaud tout le monde préfère rester au camp. J'attraperai un aigle et je te ferai goûter, ça aussi c'est bon ! Et petite parenthèse pour moi aussi, non, je n'ai pas les pattes brûles parce que nos coussinets sont costauds.
- Mais ! Nuage de Tempête, je ne peux pas aller sur tes terres !
»

Il ne l'écouta pas et se retourna pour se diriger vers ses terres, donc. Nuage de Feuilles le rattrapa et essaya de le convaincre de ne pas faire ça. Elle était peureuse, la Feuilles, elle ne voulait pas se faire prendre par des guerriers du Volcan. Lorsqu'elle avait foulé les terres aux côtés de Nuage Macabre, elle ressentait une confiance absolue envers lui car il était de son propre Clan. Pourtant, bien qu'elle voulait donner cettedite confiance à l'apprenti au pelage sombre, il lui restait encore le code du guerrier. Et si c'était une embuscade ? Un piège ? Que dirait-elle à Etoile des Démons ? « Je me suis laissée séduire pour fouler des terres ennemies ? » Nuage de Tempête s'arrêta au-delà de la frontière et l'étudia, comme s'il la mettait au défi de la rejoindre.

« - Hé ! Je n'ai pas des coussinets aussi costauds que les tiens ! Et... Et je ne peux pas aller sur ton territoire, Nuage de Tempête... »

Les mots restèrent coincés dans sa gorge alors qu'elle voulait lui souffler qu'elle avait peur. Elle ne pouvait pas le lui dire. Ce serait la honte. Tiraillée entre deux idéaux : le courage, la bravoure, mais aussi le respect du code du guerrier, elle n'osait pas faire un pas de plus. En plus, elle était sûre que les aigles avaient le goût de la chair à corbeaux. Ca devait être bien loin de ce qu'était la biche, mais elle ne disait pas non pour goûter... Mais si ca induisait de devoir aller sur ses terres, elle n'était pas sûre de le vouloir réellement.
Elle tangua sur ses pattes, comme une petite danseuse, ne sachant pas qu'elle décision prendre. Elle leva le regard vers l'apprenti au museau doré, se sentant toute petite entre ses serres acérés.

« - On va se faire prendre, non ? murmura-t-elle. »

Mais elle prit son courage à deux pattes, et ne sachant plus du tout ce qu'elle faisait, fit un petit pas hésitants sur le territoire du Clan du Volcan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV] Sam 16 Aoû - 16:34




Assis dans mon coin, j'admirais la femelle argentée. Son regard examinait mon territoire, avec une lueur hésitante. Allait-elle franchir la frontière ? Où elle refusera ? Après tout, elle m'avait bien dit que c'était l'un de ses rêves non, visiter l'île ?.. Mais qu'elle me rejoigne ou non, je m'en fichais. Après tout, ce sont ses choix, et je viens à peine de la rencontrer ... Je comprendrais très bien. Alors qu'elle restait en terre libre, la déception commençait à serrer mon coeur. Pourquoi ? Je ne sais pas. D'un geste de la queue, je l'invitai à s'approcher de moi, sur les terres sèches de mon clan. Oui, dire que je ne l'ai rencontré que ce matin, par le plus pur des hasards. C'est comme même bizarre non ? L'amour ? Il arrive en moins de deux secondes, et tu t'en rends compte que très tard. Enfin, pas pour moi.



« Hé ! Je n'ai pas des coussinets aussi costauds que les tiens ! Et... Et je ne peux pas aller sur ton territoire, Nuage de Tempête... »

Je m'y attendais. C'est vrai que dans la jungle, le sol est plus tendre, alors les félins qui y habitent on les coussinets fins. Je me levais de mon carré d'herbe sèche et rejoignit Nuage de Feuilles. Je restais en face d'elle, de l'autre côté de la frontière. Mon regard resta impassible. N'a-t-elle pas confiance en moi ? C'est vrai qu'il est difficile de croire qu'un séducteur comme moi vous joue des tours. Mais je pensais que dans le champ des papillons, elle avait compris. Mais finalement, non. Ma gorge était serrée, alors qu'elle continua en murmurant, la peur se lisait dans son regard azuré :

« On va se faire prendre, non ? »

Je lui caressai le flanc avec ma queue, comme pour la rassurer. Celle-ci s'avança alors de mon côté. Elle était venue. J'affichais un sourire pour essayer de la consoler, et je lui miaulai d'un ton doux :

« On reste près de la frontière, au cas-où, si tu veux. Ne t'inquiète pas, il va rien se passer de grave. »

Une ombre passa alors au dessus de nous. Je relevai ma tête et aperçu un des rapaces qui survolent nos terres. Il nous dépassa de quelques mètres, avant de commencer à faire des cercles dans les airs, de plus en plus serrés. Je remarquai alors que le bipède était en train de chasser. D'un mouvement de la queue, je montrai à la femelle argentée le rapace qui commençait à fondre sur sa proie. Avec agilité et vitesse, je me jetai sur l'oiseau que j’aplatis sur le sol. Le rapace se débattait pour essayer de me griffer avec ses serres tranchantes. D'un mouvement vif, je lui enfonçai mes crocs dans sa nuque. L'oiseau inerte, je le transportai à Nuage de Feuilles. Avec un petit rire, je lui miaulai :

« J'en suis sorti avec quelques égratignures de rien de tout ! Je fis une légère pause pour admirer le cadavre puis repris. Je t'en prie ! Mange ! J'espère que tu apprécieras le goût. »

Je détournai alors mon regard pour le plonger dans celui de la femelle. De ma patte massive et blanche, je poussai le gibier vers la femelle. Pour moi, c'était comme un cadeau.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Et son rire innocent. [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Et son rire innocent. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Et son rire innocent. [PV]
» Juste pour rire
» Le Demon Du Rire
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» POur guérire Eimma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BREATHING OCEAN. :: Archives :: Archives VERSION 1 :: RPG :: RPs :: RPs abandonnés-