BREATHING OCEAN.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

C'est fini les infinis. ▲ LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: C'est fini les infinis. ▲ LIBRE Lun 4 Aoû - 17:05


Tu dormais. Du moins, tu le croyais. Délicatement posé sur le bord du lac, tu laissais ton âme vagabonder sur ces lieux noircis par l'absence du soleil. C'était la nuit. Tu essayais de t'oublier, d'oublier ce monde, ce qui se passait aux alentours, dans le clan, chez les autres clans. Tout ça n'était pas important, pour l'instant. Tu somnolais. Du moins, tu essayais. Les paupières closes, le souffle délicat, mais pourtant rythmé, te laissant bercer par le bruit des poissons faisant frémir la couverture mouillée de ce lac. C'était une très jolie mélodie. Cette tranquillité te redonnait parfois espoir, et tu te disais: qu'est-ce que les gens en penserait, si je me laissais couler dans ce lac? Puis les réponses te ramenaient sur terre; ils ne s'en rendraient probablement jamais compte. Ils laisseraient les jours et les semaines passer avant de réaliser que quelque chose, quelqu'un manquait. Au moins, tu serais tranquille, loin de ces égoïstes, de ces salopards, loin de ces images, loin de ces fous. Tu laisserais passer l'été, puis l'automne, et l'hiver aurait raison de ton corps, congelé dans l'eau de ce lac. De toute façon, tu étais déjà gelé. Ton cœur était gelé. Tu ne pouvais faire pire.

Tes yeux s'ouvrirent, ces images de la réalité te fouettant le visage, te faisant frémir les moustaches. Il n'y avait rien de plus que le lac et le vent, mais la douleur s'empara à nouveau de toi comme si la mort se tenait à tes côtés. Un grondement s'échappa de ta gorge, que tu tentas d'étouffer, sans succès. Aller, mort, prend moi maintenant, au lieu de me faire souffrir. Pitié, prend moi maintenant, c'est la fin, il n'y à plus rien. Pitié. Les poissons flottant en bordure du lac prirent peur et barbotèrent plus loin, créant des bulles, de délicates bulles sur la surface de l'eau. Les corbeaux croassèrent et s'envolèrent en deux ou trois battements d'ailes effrayés. Tu te recroquevillas. Était-ce la mort qui venait te chercher?
Tu prias très fort.
Prend moi maintenant. Achève cette souffrance.
Tu te ne te rend simplement pas compte du fait que l'ombre s'approchant derrière toi, celle qui avait fait fuir tes amis du soir, n'était rien d'autre qu'un chat, et que tout tes espoirs étaient à nouveau réduits à néant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: C'est fini les infinis. ▲ LIBRE Lun 4 Aoû - 18:34

C'est fini les infinis.

« La mort est un remède à trouver quand on veut, et l'on doit s'en servir le plus tard que l'on peut. »
« Te voilà, je te cherchais partout. »

C’est la seule phrase que tu n’entendras jamais. Parce que personne ne prend la peine de te chercher, et c’est très bien comme ça. Parce que les seules personnes qui t’apprécient ne te cherchent pas, ils te trouvent. Évidemment, ils ne viennent pas souvent, car la transition du ciel et de la terre doit être pénible. Et puis, de toute façon, tu n’as pas vraiment envie de les croiser, surtout à cette heure. C’est la nuit, ton moment chéri, malheureusement bien trop fugace à tes yeux. Incontrôlable, irrévérente, noire, camouflant en partie ton visage, voilant tout ce qui est sombre sur toi, dévoilant ta double-face. Mais ce soir, la lune était presque pleine, et le drap lunaire te faisait sentir morose. Tu y voyais si clair ! Non pas que tu préférais le soleil, mais en fait, la lune éclairait trop en cette période. Alors que faire, sortir et être de mauvaise humeur dans cette nuit joyeuse, ou rester et regarder les autres imbéciles ronfler?

Choix plutôt facile à faire, à mon avis. Dégage de là mon dieu, allez ouste. Tu ordonnes enfin à tes pattes de soutenir ton poids, tes muscles bien formés et ton pelage léger. Même dans l’obscurité de la tanière, tu avais l’air différente. Tes yeux vairons brillaient intensément dans le noir, trahissant déjà d’un regard ton physique insolite. Les chats te lorgnaient parce que tu avais deux faces, et pas simplement au sens propre. Personne ne t’appréciait vraiment et c’était, que dire, assez réciproque. On te jugeait alors qu’on ne voyait qu’une partie de toi. M’enfin, c’est ce qui fait d’eux les imbéciles. Heureusement que tu n’es pas comme eux, sans quoi tu t’haïrais toi-même.

À pas de loup, tu sors du Camp en lançant un regard dantesque au nouveau guerrier qui veillait, ce qui le fit tressaillir. Tu lançais un rire mauvais à son intention et te faufilait habillement dans la sortie. Qu’est-ce qu’ils ont dans la tête ces Plageux de mettre de l’eau autour de leur camp ? Déjà que t’aimes pas l’eau, imagine si t’avais à te mouiller les pattes chaque nuit, Erk. Tu respires un bon coup, prends un élan et te met à courir d’un rythme assidu, direction le Lac, le seul point d’eau que tu apprécies le moindrement.

L’air frais te revole à la figure cinglement et tu aperçois un chat en profonde réflexion avec lui-même, résultat : tu veux l’emmerder. Tu t’approches, voyant qu’il attend quelque chose.. La mort? Eh bein.

« Eh bah, tu t’démmerde bien à attendre quelque chose qui viendra pas? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: C'est fini les infinis. ▲ LIBRE Lun 4 Aoû - 18:58

Une voix. Tu crois d'abord au rêve, tu crois que ce n'est que dans ta tête, puisqu'il s'en passe énormément, des choses, dans ta tête. Tu attends quelques minutes avant de bouger ou de faire quoi que ce soit, juste pour voir si cette sensation s'éloigne, s'en va et te laisse tranquille. Bien sur, ce n'est absolument pas le cas, puisque ce ne l'est jamais. Personne ne te laisse tranquille, même quand tu crois être totalement invisible. Les gens ont le don de remuer le couteau dans la plaie, de te prouver à quel point ta vie est misérable, à quel point tu es misérable et à quel point ça ne changera jamais. Tu pivotes un peu, lentement mais surement, pour voir qui s'adresse à toi, qui ose déranger ta carcasse vide et inutile. Une chatte littéralement bicolore te dévisage, un air suffisant sur le museau. Elle aussi, te juge. Tout le monde te juge. Tu soupires, t'attendant déjà à ses sermons débiles. Tu hoches la tête au ralenti.

« Laissez moi tranquille. »

Ta voix rauque résonne aux alentours. Voilà longtemps que tu n'avais adressé la parole à quelqu'un. Ça ne t'avais pas manqué du tout. Tu goûtais l'amertume du monde, tu avais cette épice sur la langue jusqu'à ta mort future, désormais. Tu ne put même pas soutenir le regard dépareillé de l'inconnu sans te sentir misérable, décrépit, stupide et inutile. Voilà pourquoi tu préférais la solitude. Elle au moins, te comprenais, même si elle te poussait vers la mort. Au moins, elle te permettrait de revoir ton cher et tendre frère, celui qui s'est battu jusqu'à mort pour te protéger. Celui que tu as voulu venger, celui que tu as voulu continuer à aimer, sans succès.
Tu sentais la présence de l'inconnue dans ton dos, elle te brûlait le poil de son regard si spécial. Pris de panique, tu te retournas vivement, ton regard vert terne plongea dans le sien. Tu ne dis rien, pourtant. Tu ne fis que la dévisager, lui envoyer les mauvaises ondes qui te hantaient depuis si longtemps. Ta carrure faisait de toi un mastodonte, tu avais pourtant l'air si inoffensif.
Dégage, laisse moi mourir en paix. Laisse moi devenir léger, laisse moi vivre à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: C'est fini les infinis. ▲ LIBRE Jeu 7 Aoû - 18:40

( Désolée c'est pourri )

C’est fini les infinis

«Parfois, la vie peut être injuste, mais ce n’est pas une raison pour renoncer à elle»
C’est drôle comme parfois les gens ne pensent pas à ce qu’ils disent, ils lancent tout sans réfléchir. Ils blessent et parfois tuent les autres avec les mots, tellement… inutiles. On ne veut pas savoir que vous les trouvez imbéciles, laids, gardez vos commentaires pour vous…Ne faîtes pas comme elle, ne détruisez pas des vies lorsqu’elles sont à leur échéance.

Wow. C’est le seul mot auquel tu penses, tellement tu es figée intérieurement. Tu avais tout lancé sur un coup de tête, sans te douter que c’était vraiment cela. Il avait cette mine… Woah. Plus pathétique que ça tu meurs, hein. Ses yeux, ternes sans l’être complètement, te fixaient, toi et ton air hautain. C’est vrai, tu l’avais en permanence. Ils étaient si stupides, ceux à l’entour de toi. Tous te dévisageaient comme une bête de foire, rien de plus, rien de moins. Juste un jouet parmi tant d’autres. Il s’est complètement retourné, tout son corps, aussi énorme, voire plus, que le tien. Tu avais à peu près la même corpulence qu’environ tous les mâles du Clan… Sauf lui, apparemment. Eh bah, un peu plus d’entraînement ne te ferait pas de tort.

« Laissez-moi tranquille »

Ça te fit un choc, tu ne peux le nier. Habituellement, c’était toi qui disais cela aux autres, pas les autres qui te le disaient. Alors, c’est ça, être rejeté ? Eh bah, ça doit leur convenir, ahan. Du moins, ils ne s’en sont jamais plains. Tu t’apprêtes à répliquer mais… Il se met à te fixer… d’une façon étrange. Pas étrange dans le sens loufoque et insensée, mais plutôt… Magnifique. On dirait qu’il essaye de te communiquer quelque chose, une histoire, son passé. Mais pourquoi ? Tu t’en fous, après tout. Nan ? Il avait l’air si inoffensif en ce moment. Était-ce à cela que tu ressemblais ? Brr.

« Eh bah, pour tout te dire, j’ai l’habitude de dire aux autres de m’foutre la paix et pas l’inverse, alors merci à toi de me faire découvrir le rejet. C’est assez étrange comme sensation, n’empêche. Erk, j’suis en train de parler d’émotions ? Oublie ça, juste te dire que tu te débarrasseras pas de moi si facilement.  »

Tu joignis le geste à la parole et t’assied fermement devant lui, l’empêchant de passer pour l’instant.

« Alors, s’quoi ton joli p’tit nom, à toi ?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: C'est fini les infinis. ▲ LIBRE Ven 8 Aoû - 13:49

Elle insiste. Qu'est-ce qui ne va pas chez elle, pourquoi veut-elle tant te connaître, te parler, te cerner? Ta présence n'a aucune importante, de toute manière, ta façon de l’accueillir n'était même pas un tant soit peu chaleureuse, mais elle insiste. Peut-être qu'elle comprend. Peut-être pas. Une pincée de doute s'installa confortablement dans ton esprit, alors que ton regard était vissé sur elle, cette inconnue qui avait déposé son derrière sur le sol arrogamment, tout en te faisant comprendre clairement qu'elle ne te laisserait pas partir si facilement. Tu n'avais pas écouté son monologue, à vrai dire, mais le geste expliquait bien la parole, et tu compris aisément qu'elle... voulait faire la conversation.
Tu reculas un peu. Pour te laisser de l'espace, pour vivre, pour réfléchir. Elle t'intriguait, en même temps de te taper sur le système. Qui était-elle? Peut-être était-elle même du clan, mais tu ne l'avais jamais vue, jamais sentie. Ou peut-être pas. Tant pis. Ce n'était pas ça l'important, à vrai dire.

« Anathème de Minuit. Je m'appelle Anathème de Minuit. »

Prononcer ton nom te fit mal au cœur. Tu détournas finalement le regard, préférant la douceur du lac au regard insistant et étrange de cette inconnue. La dernière personne à avoir mentionné ton nom, est, tu le crois, ton frère, avant de mourir. Les autres s'en tenaient à '' Minuit '' ou encore à rien du tout, puisque personne ne te parlait.

« Puis de toute manière, ça n'a pas d'importance. »

C'est vrai, tout ce qui te concernait était sans importance. Tout ce qui te touchait, de près ou de loin, était sans importance. Ta vie était sans importance et ceux qui s'y intéressaient étaient sans importance aussi. En résumé, vivre était sans importance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: C'est fini les infinis. ▲ LIBRE

Revenir en haut Aller en bas

C'est fini les infinis. ▲ LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La musique peut rendre les hommes libres {Hope}
» Sa première souris et sa première cérémonie du partage [Libre] (FINI)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BREATHING OCEAN. :: Archives :: Archives VERSION 1 :: RPG :: RPs :: RPs abandonnés-