BREATHING OCEAN.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

angels fall first ; pv nuée d'hirondelles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://breathing-ocean.forumactif.org/t450-why-did-you-put-my-heart-in-a-blender-ooo-sourire-cameleon http://breathing-ocean.forumactif.org/t487-sourire-cameleon-link
PLAGE
☼ Pseudo : © north.
☼ Messages : 49 ☼ Arrivée sur l'île : 18/07/2014

MY CAT LIFE

☼ Rang : chasseur.
☼ Âge en lunes : la petite quarantaine.

Message(#) Sujet: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Ven 8 Aoû - 18:36


ANGELS FALL FIRST

▲ je dois t’avouer que ça m’a fait un pincement au cœur de te voir partir comme ça. même si depuis un bout de temps tu n’étais plus grand chose pour moi.
Tu sais, je crois qu’il est malade.

Il était debout depuis longtemps déjà. Le poil à moitié en bataille, de petites cernes sous ses yeux couleur feuillage embrumés par le sommeil. Assit sur un rocher qui surplombait la plage il avait suivit l’ascension, lente, du soleil dans le ciel, pâle cercle rosé à cette heure matinale. La fatigue le tenait au creux de ses mains fripées comme une poupée de chiffon usé. Il était, lui-même, usé. Ses nuits n’étaient plus aussi calmes qu’avant, ces espèces de petits grésillements, chuchotements désagréables venaient déranger son sommeil, autrefois si paisible et serein, le réveillant parfois en sursaut alors que la lune était encore à son apogée. C’était une fois de plus ces voix qui l’avaient tirées de force de son repos pourtant bien mérité. Il ne contrôlait plus son inconscient qui, pendant qu’il était occupé, en profitait pour se jouer de lui et siffler dans son propre esprit. C’était comme si il lui manquait quelque chose, comme si un part de lui-même était partie en vacances sans se retourner. Le matin, lorsqu’il se réveillait poussé par ces voix inconnues, il se sentait vide. Le soir, sachant que le manège allait recommencer, il se sentait vide. La journée il se sentait vide. Vide. Comme une boîte à secret d’un enfant égoïste que l’on aurait renversée sur le sol froid.
Vide.

Tu sais, je crois qu’il en souffre.

Le soleil était maintenant bien levé. Le matin pointait timidement le bout de son nez, lançant discrètement quelques rayons sur notre terre, faisant miroiter la mer.
Sourire Caméléon n’avait pas bougé. Derrière lui le camp s’éveillait lentement. Il aurait voulut pouvoir faire comme ses camardes, se lever paresseusement après une bonne nuit. Reposé. Mais lui avait passé la plus grande partie de sa nuit debout, pensif, ses grands yeux fixant les aléas des vagues sur la côte, à se questionner. Que lui manquait – il ? Il n’avait pourtant pas de quoi se plaindre. Dans le Clan il était plutôt respecté pour sa justesse et son ouverture d’esprit, ainsi que son talent de guerrier, à l’extérieur il était estimé car ce n’était pas l’un de ses chats complètement dérangés qui cherchent à semer la discorde partout où leurs pas les portent. Il n’avait pas beaucoup d’ennemis si ce n’est certains avec lesquels il entretenait une certaine froideur. Il avait des amis, les vrais, de ces personnes que l’ont sait que l’ont peut tomber au plus bas mais qu’elles vous soutiendront toujours. Il avait une sœur,  Caprice des Sirènes, oreille attentive et bonne conseillère. Outre sa mère et son père dont il se désintéressait complètement et qui eux, de leur côté, faisaient comme si Sourire Caméléon n’existait pas, il avait tout. Tout pour être heureux. Satisfait.
Et pourtant il ne l’était pas. Quelque chose manquait. Une pièce du puzzle le fuyait.

Derrière lui il sentit une présence familière. Il la reconnu aussitôt. Réconfortante. Qui eut un effet apaisant direct sur ses pensées en ébullition. Mais il ne se retourna pas, continuant à fixer l’horizon orangé. Un sourire s’esquissa délicatement sur ses traits fins.

« Bonjour Nuée d’Hirondelles. »

Miaula t – il simplement.
Et le sentiment qu’il redoutait le plus recommença à gonfler au fond de sa poitrine.

Codage by Bird for all forums ©

_________________

“ mais, l'amour, ça fait mal.
mal.
tu le savais bien pourtant.
mais tu es comme ces camés qui se shootent.
sans jamais penser au manque.
et finissent dans la rue.
ivres de douleur.
en se tordant les mains. ”



nobody breaks my heart :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Sam 9 Aoû - 0:09

« ANGELS FALL FIRST »
ft. Sourire Caméléon

Mais qu'est-ce-qui t'arrives ? Pourquoi t'es comme ça ? Je comprends pas. D'ordinaire, tu es si calme. Mais arrête de t'agiter. Tout va bien. Tu n'as rien à craindre, voyons. Ouvre les yeux ! Ce n'est qu'un chauchemar. Mets y un terme. Tu peux y arriver Hirondelle, tu es forte.

Ma voix résonnait encore dans ton esprit lorsque tu levas tes paupières closes pour laisser apparaître tes beaux yeux aux traits parfaits. Il faisait noir. Les diverses teintes de l'aube coloraient le ciel, et le bruissement des vagues te fit comprendre que tout ce qui t'étais arrivé n'était pas réel. Tes cauchemars étaient revenus. Ils t'avaient laissé trop longtemps il faut croire. Tu ne mérites pas de voir de telles horreurs, même en rêve ! Mais tu les surmonteras, une fois de plus. Tu y arriveras, je le sais. J'en suis convaincu. Tu secoua ton pelage noir et blanc et bailla longuement à t'en déchirer la mâchoire, révélant une rangée de petites dents blanches et pointues. Il était tôt, presque personne n'était levé. Hormis toi, qui aurait pu se lever aussi matinalement, il faut dire ? Les images de ton cauchemar défilèrent un instant dans ton esprit, mais tu les chassa aussitôt en secouant misérablement la tête. Tu sortis le plus discrètement de la tanière pour ne pas réveiller tes camarades.

Le camp était désert. Vraiment, il n'y avait personne. Seul le murmure de l'océan te sortait de ta solitude malsaine, une solitude dont personne n'arriverait à te sortir. Même quand quelqu'un t'accompagne, tu te sens seule. Cette tristesse agréable qui t'envahit s'amplifie chaque jour. Mais tu ignores pourquoi. Tu es triste ? Mais pourtant ta vie est belle, Hirondelle. Il y a pire, bien pire même. Mais tout bascule. Tu n'arrives pas à te l'avouer, mais tu le sais. Tu n'as personne à qui te confier, tu n'y arrives pas. Tu te demandes même si tu ne sombres pas peu à peu dans la folie. Après tout, ce ne serait pas improbable. Tu as besoin d'aide. Ne laisse pas ton côté obscur prendre le pouvoir, te prendre tes pensées. Te prendre ta vie. Ne le laisse pas faire Hirondelle, je t'en supplie.

Voyant que personne n'était debout, tu décida de retourner te reposer. Que pouvais-tu faire d'autre ? Tu n'avais pas faim. Ces horreurs t'avaient coupé l’appétit. Tu savais très bien que le sommeil ne t'emporterait pas, mais tu te dirigea tout de même vers la tanière. Tu tentais de te faire discrète. Mais quelqu'un était levé. Une silhouette sombre se découpait sur les parois du gîte. Elle semblait calme, sereine. Un peu comme toi. Même si je suis le seul à savoir qu'au fond de ton être c'est le déluge. Tu t'approcha à pas feutrés, mais le matou sembla remarquer ta présence et alors tu le reconnu. Sourire Caméléon. Tu ne pouvais pas tomber sur mieux. Lui, il allait pouvoir mettre un terme à tes craintes, à tes doutes. Tu pourrais lui parler, il t'écouterait. Sa voix s'éleva dans les airs et parvint à tes oreilles, te sortant de tes pensées.

« Bonjour Nuée d’Hirondelles. »

Tu te sentais étrangement rassurée. C'est comme si toutes tes craintes s'envolaient pour laisser place à un sentiment. Mais quel sentiment ? Celui dont tu as besoin, Hirondelle. Ne l'ignores pas. Ne tente pas de résister, tu as besoin de lui. Il est le seul qui te comprend, le seul en qui tu peux avoir confiance. Ne dissimule pas ce qui saute aux yeux.

« Sourire Caméléon. Je vois que tu es bien matinal. Toi non plus, tu ne trouves pas le sommeil ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://breathing-ocean.forumactif.org/t450-why-did-you-put-my-heart-in-a-blender-ooo-sourire-cameleon http://breathing-ocean.forumactif.org/t487-sourire-cameleon-link
PLAGE
☼ Pseudo : © north.
☼ Messages : 49 ☼ Arrivée sur l'île : 18/07/2014

MY CAT LIFE

☼ Rang : chasseur.
☼ Âge en lunes : la petite quarantaine.

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Sam 9 Aoû - 13:57


ANGELS FALL FIRST

▲ tes yeux sont trop grands. on voit ton cœur à travers quand tu souris.
Il y repensait maintenant. À eux. Ce qu’ils avaient presque été dans un passé proche. Amants ? Amoureux ? Il n’en était pas sûr. Au fond de lui, il ne voulait pas avoir ressentit quelque chose de plus fort que de l’amitié envers sa jolie dame, toute de noir et blanc vêtue. Il se souvenait de ce sentiment de béatitude qu’il avait, avant, avec elle. Une impression de sécurité, de confiance, comme si plus rien ne pouvait lui arriver. Comme si tous ses problèmes quotidiens s’étaient envolés, s’étaient mis entre parenthèses le temps d’un instant. Pourtant, il n’était pas sûr. Il ne voulait ressentir d’attraction pour quiconque, ou du moins rien de sérieux. Alors il s’était fait plus distant, évitant la demoiselle lorsqu’il le pouvait, résistant chaque matin, lorsque le sommeil lui manquait, à aller lui parler de toutes ces pensées folles qui tournaient dans sa tête. Il fuyait, étant sur un chemin qu’il ne pouvait pas contrôler, il fuyait. Son but n’était bien sûr pas de blesser, bien au contraire, mais de rétablir son petit jardin secret, son coin bien à lui qu’il ne partageait, d’habitude, avec personne. Sans exceptions.

« Sourire Caméléon. Je vois que tu es bien matinal. Toi non plus, tu ne trouves pas le sommeil ? »

Demanda t – elle en guise de salut.
Sa remarque arracha un autre sourire au guerrier qui, après avoir agité la queue d’amusement, lâcha un petit rire.
Non, non Nuée d’Hirondelles, il ne trouvait pas le sommeil. Il ne le trouvait plus. C’était une pathétique partie de cache – cache en quelque sorte. Sourire Caméléon avait beau compter les moutons, cent moutons, deux cents moutons, il ne trouvait pas le sommeil. Il avait trouvé une bonne planque cet idiot. C’est bête de se dire qu’à son âge le guerrier siamois avait ses tendances d’insomniaques et pourtant il fallait se rendre à l’évidence, ces voix intarissables l’empêchait de dormir, le réveillant même lorsque celui-ci avait enfin pu embrasser le sommeil. Alors non Nuée d’Hirondelles, il ne trouvait pas le sommeil.

Sourire Caméléon se tourna alors vers la femelle bicolore et l’observa longuement. Il l’avait toujours trouvé plutôt jolie, et, c’était même l’avis de plusieurs de ses confrères, qui enviaient souvent la relation particulière que les deux félins entretenaient. Hirondelle avait toujours été plutôt fine mais musclée, plus petite que Sourire Caméléon, qui de toute façon était plus grand que la plupart des félins de l’île, elle abordait un joli poil bicolore qui lui faisait comme un masque au dessus de ses grand yeux bleus ciel délavés. Elle était jolie, oui, et il ne le niait pas, car, de toute façon il avait toujours été sensible à la beauté extérieure comme la beauté intérieure. Il lui était même arrivé de lui sous entendre qu’il n’était pas insensible à cela, par des regards appuyés, ou des paroles moqueuses dans le but de la chercher un peu. Entre eux ça avait été un grand jeu de piques et de railleries avant de devenir ce qu’il était inévitable que cela devienne ; une forte amitié pleine de secrets, de chasse en duo ou de balade à la nuit tombée.
Le guerrier pencha légèrement sa tête triangulaire aux traits délicats et chercha de ses yeux pétillants le regard de la demoiselle.

« Comme tu peux le voir je ne le trouve effectivement pas, mais on s’y habitue à force. J’imagine qu’il en est de même pour toi, je me trompe ? Encore tes cauchemars ? »

Ronronna t – il en lui adressant son joli sourire qui plissa ses yeux en cette mimique, moqueuse et charmeuse mêlés, bien connue de tous, mais plus connue d’elle particulièrement, car c’était à elle qu’il lui réservait ses plus beaux sourires ; les plus rares.

Codage by Bird for all forums ©

_________________

“ mais, l'amour, ça fait mal.
mal.
tu le savais bien pourtant.
mais tu es comme ces camés qui se shootent.
sans jamais penser au manque.
et finissent dans la rue.
ivres de douleur.
en se tordant les mains. ”



nobody breaks my heart :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Dim 10 Aoû - 1:03

Tu entendis son rire, un brin trop sarcastique. Apparemment, ta remarque l'amusait. Puis, il se tourna vers toi. Il te fixa droit au creux des yeux, au plus profond de ton être. Un instant, tu aurais pu croire qu'il te dévorait des yeux. Il te regardait, de haut en bas, penchant légèrement sa tête sur le côté, comme si il venait de te poser une question et en attendait la réponse. Situation assez embarrassante, il faut se l'avouer. Et puis, à quoi bon jouer la modestie Hirondelle, puisque tu n'es pas modeste. Je sais très bien que cela ne te déplaît pas qu'un mâle s'intéresse à ta beauté. Tu as toujours été comme ça au fond. Enjôleuse. Confiante. Élégante. D'ailleurs, Sourire Caméléon s'était vite prêté à ton jeu. C'est en parti ce qui t'avait séduite. Il t'avait longuement cherché, et toute cette histoire avait prit la tournure d'un jeu. Un jeu assez amusant et dont tu ne te lassais pas. Mais ces derniers temps, tu ne pouvais plus penser à ce genre de choses. Tu en avais presque oublié l'existence. De quoi, me demandes-tu ? Mais de tes cauchemars. Je te l'avais bien dit, il te fait tout oublier. Je ne sais pas si c'est réellement une bonne chose au fond. Dès que tu es avec lui, tu ne te soucies plus de rien. Tu oublies tout tes soucis. Vos parties de chasse et vos balades nocturnes te manquaient. Je le voyais bien. Je te connais tellement bien. Le regard indéchiffrable de Sourire Caméléon s'illumina un instant d'une lueur farouche et il dériva la tête de l'autre côté afin de t'observer dans les moindres détails. Frustrant.


« Comme tu peux le voir je ne le trouve effectivement pas, mais on s’y habitue à force. J’imagine qu’il en est de même pour toi, je me trompe ? Encore tes cauchemars ? »

Il esquissa un sourire. D'ordinaire, il était déjà incroyablement beau. Mais lorsqu'il te souriait, il l'était encore plus. Vous aviez cette complicité, qui grandissait de jour en jour et qui prenait un peu plus d'ampleur dans ton cœur. Il faisait resurgir ton bon côté. Celui de la guerrière sage et imperturbable. Celui de la guerrière respectée, qui ne s'énerve jamais. Tu n'arrivais plus à résister, mais tu ne cessais de persister à refouler ce sentiment. Oui, tu as deviné duquel je parlais. Ne fais pas l'innocence, tu le sais très bien. L'amour. Tu n'as même plus ton attitude de séductrice d'autrefois, lorsque tu papillonnais par ci par là, à la conquête des plus beaux mâles du clan. Non. Tu commençais à ressentir le véritable amour, le pur. Mais tu n'osais pas te l'avouer. Mais pourquoi ? Ce n'est pas une mauvaise chose, tu sais. Laisse toi aller.


« Exactement. Il faut dire, tu me connais tellement bien. C'est toujours la même vision. Celle de mon père, surplombant de sa forte carrure le corps inanimé de ma mère. Il me hante, tu sais. Je ne sais plus quoi faire pour que cela cesse. Et toi, pourquoi n'arrives tu pas à dormir ? »

Tu lui rendis son sourire, mais tu lui avait répondu sur un ton provocateur, légèrement séduisant. Tu ne pouvais pas t'en empêcher, hein ? Il fallait toujours que tu joues. Surtout en sa compagnie. Tu aimais le chercher, le taquiner, l'embêter. C'était tout toi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://breathing-ocean.forumactif.org/t450-why-did-you-put-my-heart-in-a-blender-ooo-sourire-cameleon http://breathing-ocean.forumactif.org/t487-sourire-cameleon-link
PLAGE
☼ Pseudo : © north.
☼ Messages : 49 ☼ Arrivée sur l'île : 18/07/2014

MY CAT LIFE

☼ Rang : chasseur.
☼ Âge en lunes : la petite quarantaine.

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Lun 11 Aoû - 15:35


ANGELS FALL FIRST

▲ l’amour est un langage de sourds.
C’est moi. Je suis là Sourire Caméléon. Je ne te quitterais plus maintenant. C’est toi et moi pour la vie. Toi et la maladie. Parfois, lorsque tu te sentiras bien, paisible, reposé, je surgirais de nulle part, chuchotant et crachotant dans ta tête. Je serais là, même quand tu n’en auras pas l’impression. Oh, il est vrai que même si j’ai la vanité de prétendre que je serais toujours là, ce ne sera pas tout de suite le cas. Il me faudra du temps. Beaucoup de temps. Pour l’instant tu es sauf, ou presque, profites – en. Mais j’attendrais. Je n’ai personne d'autre à attendre, aucunes priorités. J’ai tout mon temps vois – tu ? Au fur à mesure que ta vie avancera, je progresserai avec elle. Plus d’épreuves traumatisantes tu traverseras, plus de déceptions tu encaisseras, plus de cœurs tu briseras, j’avancerais, me glissant de plus en plus à travers ton esprit si sain, si juste, pour y mettre quelques gouttes de démence par ici, un brin de méchanceté par là. Tu deviendras l’ombre de toi – même. J’enfermerai ton esprit au fond de ton cœur et j'avalerai la clé, je te dirigerais. Oublié le gentil guerrier aimant et attentif. Bonjour le félin briseur de cœurs et cruel. Bien sûr, quand le moment sera venu, je n’en laisserais rien paraître, et toi non plus. Tu ne montreras en aucuns cas ton changement. Mais chut, ce sera notre petit secret.
Ne t’inquiètes pas, j’ai tout mon temps.


Sourire Caméléon la fixait de ses jolis yeux verts d’eau, parcourant, presque avec une avidité provocatrice, les courbes de son amie, s’amusant à lui lancer de ses regards, bien à lui, qui voulaient simplement dire ; ‘ et alors ? hein ? et maintenant ? ’. Tous ces regards, lancés comme une pierre dans l’eau, ricochaient en permanence entre eux. Pas besoin de mots lorsqu’ils ne sont pas utiles, c’est pourquoi les deux félins communiquaient aussi  beaucoup par des expressions faciales, des regards, ou simplement un contact entre leur deux corps. C’était suffisant. Au fur à mesure que leur liens s’étaient tissés ils avaient eut de moins en moins besoin de mots. Ils se connaissaient si bien. En un regard l’un pouvait savoir si l’autre allait mal, était tourmenté ou au contraire, baignait dans une grande joie. C’était … naturel entre eux. Naturel et inexplicable. Jamais Sourire Caméléon n’avait entretenu de relation similaire avec un camarade. Bien sûr il avait d’autres amis, plus au moins proches, mais aucun qu’il ne connaissait sur le bout des pattes, excepté, peut – être, sa sœur.

« Exactement. Il faut dire, tu me connais tellement bien. C'est toujours la même vision. Celle de mon père, surplombant de sa forte carrure le corps inanimé de ma mère. Il me hante, tu sais. Je ne sais plus quoi faire pour que cela cesse. Et toi, pourquoi n'arrives tu pas à dormir ? »

Souvent, Nuée d’Hirondelles avait parlé au siamois de ses cauchemars répétés, dus à son enfance pour le moins mouvementée, en lien avec son père qui semblait la terroriser. Mais Sourire Caméléon, lui, ne lui avait pratiquement jamais parlé de ses cauchemars à lui, préférant garder cela dans son petit jardin secret, à lui. Et puis, il ne savait pas vraiment comment lui expliquer ce qui se passait, parfois, la nuit, dans sa tête. Lui-même ne comprenait pas. Alors il préférait faire comme si il n’y avait rien. Strictement rien, n’es ce pas ?
À son tour elle se mit à sourire, ajoutant, contrairement au guerrier, une note provocante à la façon dont elle plissait les lèvres. Cependant, Sourire Caméléon ne s’attarda pas plus que cela sur son sourire, et, baissant un instant la tête, il repensa à quand remontait ces chuchotements, à leur signification. Car, par instants il les entendait clairement, il les comprenait. Puis d’un coup, pouf, il ne se souvenait plus de rien, et il avait beau il mettre toute la bonne volonté du monde, rien n’y faisait ; trou noir.
Doucement il releva son visage pour fixer la femelle dans les yeux, une lueur compatissante au font de ceux – ci.

« Tu me connais tout aussi bien Hirondelle. Tu sais, je pense que tes cauchemars finiront bien un jour, c’est sûr.  Il faut que tu chasses la peur de ton père avant toute chose. Si tu veux ce soir dors à côté de moi, et si l’un de nous fait encore une mauvaise nuit, l’autre sera là pour lui. Moi, tu sais, c’est assez étrange. Je dors, comme tout le monde, mais … Je ne sais pas, c’est comme si une part de moi refusait que je trouve le sommeil et qu’elle m’hurle de me réveiller. Étrange je te l’accorde. »

Dit – il avec un sourire fané.
Puis, il se leva et alla s’assoir à côté de Nuée d’Hirondelles, appuyant brièvement son épaule haute contre la sienne, plus basse, se tenant face au soleil montant qui semblait comme darder sur eux un timide et unique rayon.
Pâle.

Codage by Bird for all forums ©

_________________

“ mais, l'amour, ça fait mal.
mal.
tu le savais bien pourtant.
mais tu es comme ces camés qui se shootent.
sans jamais penser au manque.
et finissent dans la rue.
ivres de douleur.
en se tordant les mains. ”



nobody breaks my heart :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Mer 13 Aoû - 3:52


Je suis ton côté sombre, celui qui refoule sans cesse tes émotions. Je suis celui qui joue avec ton esprit et qui pénètre ton sommeil pour y glisser des cauchemars plutôt déplaisants. Eh ben quoi ? Je croyais que tu aimais jouer. On va jouer. Je vais combattre jusqu'à ce que tu perdes ton sang froid. Je vais me battre jusqu'à ce que tu perdes la raison. J'y arriverais certainement. Tu as toujours été faible ! Je vais te montrer, chaque nuit, des images abominables au point de te rendre l'existence invivable. Ah ? Tu ne sais pas encore qui je suis ? On me nomme cauchemar.

Sourire Caméléon t'observait désormais avec insistance, de haut en bas, comme s'il détailler chaque partie de ton corps. Son regard pesait, et devenait de plus en plus lourd. Cependant, tu ne fléchis pas, lui rendant à chaque fois son expression provocatrice et à la fois étrangement indéchiffrable. Vous émettiez des dialogues sourds, pas besoin de parler, puisque vous vous compreniez sans même prononcer le moindre mot. C'était particulier. Très particulier. Mais ça te plaisait. Tu venais de lui adresser la parole, et il avait fini par te regarder brièvement avant de reporter son regard sur le sol couvert de terre meule. Ça faisait toujours du bien de savoir que tu pouvais compter sur quelqu'un. Que tu pouvais passer du temps avec quelqu'un qui appréciait ta présence. C'était inexplicable mais à la fois agréable. Quel étrange sentiment.. Tu n'avais jamais connu ça auparavant. C'était un mélange d'émotions dont tu n'arrivais pas à trouver les ingrédients. Comme..un vide que l'on vient combler. C'est un peu ça, en fait. Dès que tu te sens mal, tu peux te confier. Et.. il te fait te sentir mieux. Mais tu ne sais pas réellement pourquoi. Et puis c'est tout. Tu en as assez de chercher des réponses à des questions que toi même n'arrive pas à formuler.

Soudain, le beau siamois releva la tête et tu te laissa transpercer de ses beaux yeux verts animés par une lueur compatissante. Il s'adressa à toi, appuyant sur chacun de ses mots avec douceur.

« Tu me connais tout aussi bien Hirondelle. Tu sais, je pense que tes cauchemars finiront bien un jour, c’est sûr.  Il faut que tu chasses la peur de ton père avant toute chose. Si tu veux ce soir dors à côté de moi, et si l’un de nous fait encore une mauvaise nuit, l’autre sera là pour lui. Moi, tu sais, c’est assez étrange. Je dors, comme tout le monde, mais … Je ne sais pas, c’est comme si une part de moi refusait que je trouve le sommeil et qu’elle m’hurle de me réveiller. Étrange je te l’accorde. »

Quand on y repense, Sourire Caméléon ne s'était jamais réellement confié à toi. Il t'avait vaguement cité ses difficultés à trouver le sommeil, mais tu n'en savais pas plus. Pourtant, tu avais l'incroyable sensation qu'il te disait tout. Mais ce n'était pas vraiment le cas en ce moment. C'est comme si il tentait de te dissimuler une chose qui l'effrayait, dont il n'osait pas te parler. Car dans ses paroles, tu savais qu'il y avait la vérité, mais aussi une part bien dissimulée. Comme enfouie, recouverte et qu'il n'osait pas déterrer. Tu tenterais de le percer à jour, de toute manière. Tu détestes avoir l'impression qu'on te cache des choses. Tu persisteras, comme à ton habitude. Sa proposition avait répandu en toi une sensation de sécurité et d'étrange bonheur. Tu aimais le ton naturel avec lequel il te l'avait dit. Un ton d'une gentillesse sincère. La chaleur de sa fourrure apaisera peut être la dureté de tes cauchemars, qui sait. Une ombre s'éleva soudainement au dessus de toi, Sourire Caméléon s'était levé afin de te rejoindre, face au soleil qui te réchauffait agréablement. Il s'assit juste à côté, la queue enroulée autour des pattes, et il appuya délicatement son épaule contre la tienne, ce qui provoqua un long frisson qui parcourut ton corps de la tête aux pattes. Tu posa sur lui ton regard le plus sincère.

« Pour être franche, je veux bien dormir avec toi. Je pense que cela me rassurerait. Je serais là pour toi également, tu le sais. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://breathing-ocean.forumactif.org/t450-why-did-you-put-my-heart-in-a-blender-ooo-sourire-cameleon http://breathing-ocean.forumactif.org/t487-sourire-cameleon-link
PLAGE
☼ Pseudo : © north.
☼ Messages : 49 ☼ Arrivée sur l'île : 18/07/2014

MY CAT LIFE

☼ Rang : chasseur.
☼ Âge en lunes : la petite quarantaine.

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Mer 13 Aoû - 13:47


ANGELS FALL FIRST

▲ c’est cette fille qui m’dit que j’compte pour elle et peu importe comment.
Elle fut parcourue d’un long frisson. Était – ce dut à leur contact ou simplement le fait que le temps n’était pas des plus chauds ? Sourire Caméléon ne chercha pas plus loin bien qu’il espérait que ce soit dut à sa première supposition. Un boule de chaleur s’alluma au fond de son ventre et le réchauffa agréablement malgré le vent qui soufflait sur le camp. Il étouffa un bâillement. La nuit avait été longue, le jour le serait deux fois plus. Mais puisqu’il était en bonne compagnie il ne s’en plaignait pas. Contre Nuée d’Hirondelles il se sentait bien, quoique lourd, ce dut au contact engourdissant de leurs deux pelages. C’était à peine s’il ne pouvait pas distinguer les battements du cœur de la femelle, qui, à s’y méprendre, battait au même rythme que celui du mâle. En son fort intérieur il sourit, et clignant des yeux pour chasser la fatigue, il secoua imperceptiblement la tête pour chasser de faibles chuchotements qui essayaient piteusement de percer à travers l’esprit du matou. Les voix ne pouvaient plus rien. Du moins pas maintenant.
Elle lui lança un regard. Dans ses yeux brillaient ces petites étoiles, éclats parmi le noir profond de ses pupilles, emplies d’une sincérité que Sourire Caméléon n’avait eut souvent l’occasion de voir dans les iris de la jeune reine.
Il était bien. Apaisé.
Heureux, presque. Presque.

« Pour être franche, je veux bien dormir avec toi. Je pense que cela me rassurerait. Je serais là pour toi également, tu le sais. »

À ses mots le sourire sur les lèvres du mâle s’accentua et il tourna la tête vers la chatte bicolore, les moustaches frémissantes.
Cela faisait assez longtemps, à vrai dire, que Sourire Caméléon et Nuée d’Hirondelles n’avaient pas dormi côte à côte dans le gîte des guerriers et cette simple pensée enleva un peu de fatigue qui embrumait l’esprit du mâle, la remplaçant par une certaine joie mêlée d’adrénaline. Il tiqua d’une oreille, émettant un faible ronronnement quelque peu éraillé.
Je serais là pour toi également, tu le sais. Bien sûr qu’il savait. Il avait toujours sut, bien que, parfois, il eut été dans le doute, sombre et vicieux. Ces paroles avaient percutées la tête du guerrier. Mais pas comme une gifle, oh non. Plutôt comme une douce brise qui épouse les formes de votre corps à la perfection, caressant délicatement la moindre parcelle de votre être, vous remplissant dangereusement de cette béatitude enivrante, qui, lorsqu’elle s’en va, laisse place à un trou béant, sanglant, écorché, vide. Meurtrit.

« Je sais. »

Dit – il simplement, fixant l’horizon de ses yeux irisés, accentuant légèrement la pression qu’il portait sur son amie. Il marqua une pause, hésitant.
Puis, tout se passa en un éclair. Une idée le percuta. Un éclat joueur traversa ses prunelles. Très vite il se leva, se ramassa sur lui-même et, après avoir contourné la minette d’un bond, lui donna une poussée, à la violence contrôlée pour ne pas la blesser, dans le but de lui faire perdre l’équilibre et de la faire chuter sur le flanc. Puis, les yeux rieurs, il la regarda, la surplombant de toute sa taille, un sourire moqueur sur ses traits. Malicieux.

« Et tu savais pour ça ? »

Ronronna t – il d’un ton enfantin, presque innocent.

Codage by Bird for all forums ©

_________________

“ mais, l'amour, ça fait mal.
mal.
tu le savais bien pourtant.
mais tu es comme ces camés qui se shootent.
sans jamais penser au manque.
et finissent dans la rue.
ivres de douleur.
en se tordant les mains. ”



nobody breaks my heart :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Mer 13 Aoû - 23:22

Tu veux jouer ? On va jouer.

Le mâle siamois se tenait encore à côté de toi, et il souriait après avoir entendu tes paroles. Il garda la tête baissé un moment, toujours ce sourire esquissé sur ses lèvres, puis il redressa la tête et t'observa, sans pourtant émettre le moindre mot. Ses yeux te transpercèrent telle une flèche, perçant ta façade neutre pour laisser la lumière y pénétrer et illuminer la parcelle de noirceur qui recouvrait ton cœur. Tu succombais petit à petit. Il savait, rien qu'en te souriant, te faire changer. Ce qui était étonnant, car personne n'y était parvenu auparavant. Tu avais l'impression que cela te rendait vulnérable, tu n'aimais pas te dévoiler entièrement à quelqu'un. Mais il fallait avouer que tu étais bien partie pour, là tout de suite. L'idée qu'à nouveau vos pelages s’entremêleraient pour passer la nuit t'apportait un sentiment de bonheur intense. Cela te remontait le moral, et toute l'énergie que tu avais usé à combattre tes cauchemars revînt subitement. Tu pouvais n'être que sincère envers Sourire Caméléon. Tu n'arrivais pas à le manipuler comme avec tous les autres mâles, pour la bonne raison que tu ressentais quelque chose de sincère. Et que tu ne supporterais, pour rien au monde, qu'il te prenne pour une manipulatrice. Lui qui avait su voir en toi le bien. Soudain, il brisa le silence qui avait semblé durer une éternité.

« Je sais. »

Deux mots. Deux simples mots qui t'avaient fait comprendre qu'il te connaissait réellement. Qu'il avait confiance en toi. Qu'il savait que tu serais toujours là pour lui, dès qu'il en aurait besoin. Tu te sentais toi même, tu pouvais être toi et quelqu'un t'appréciait à ta juste valeur. Tu n'avais pas à jouer la comédie, et tu ne demandais rien que ça. Te sentir vivante. Te sentir naturelle. Il pressa un peu plus son épaule contre la tienne, et une délicieuse chaleur se répandit dans tout tes membres. Tu lui rendis sa légère étreinte en frottant ton pelage noir et blanc contre lui avant de porter ton attention sur l'ensemble du camp. Il était déjà actif, les chatons se chamaillaient devant la pouponnière, faisant virevolter de nombreuses feuilles qui faisait éternuer les anciens. Quelle innocence... quelle pureté. Tu les enviais. Les chatons qui étaient si sains d'esprit et qui ne pouvaient en aucun cas avoir mauvaise conscience. Contrairement à toi...

Sourire Caméléon se leva et te contourna, une lueur farouche étincelait dans ses yeux. Tu te demandais ce qu'il mijotait encore, le suivant du regard. Soudain, par surprise, le matou te percuta sans violence et te fit tomber à la renverse sur le sol duquel s'échappa un nuage de poussière. Il te cherchait. Comme toujours, il faut dire ! Tu t'étais éclatée comme une vulgaire apprentie tout simplement car tu ne t'y attendais pas.

« Et tu savais pour ça ? »

Il ronronna d'amusement, visiblement satisfait de sa blague. Tu décida de te venger, affichant d'abord un air boudeur sur tes lèvres, puis un sourire dans lequel se mélangeait sarcasme et malice. Lorsqu'il détourna légèrement le regard, tu bondis sur son dos et le cloua au sol, tentant du mieux que tu pouvais de le bloquer. Tu souris, il ne s'attendait visiblement pas à une réponse si rapide. Tu avais toujours aimer jouer. Tu plongea ton regard dans le sien et tu lâcha, d'une voix provocante mais douce.

« Et toi, dis moi, tu savais ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://breathing-ocean.forumactif.org/t450-why-did-you-put-my-heart-in-a-blender-ooo-sourire-cameleon http://breathing-ocean.forumactif.org/t487-sourire-cameleon-link
PLAGE
☼ Pseudo : © north.
☼ Messages : 49 ☼ Arrivée sur l'île : 18/07/2014

MY CAT LIFE

☼ Rang : chasseur.
☼ Âge en lunes : la petite quarantaine.

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Sam 16 Aoû - 17:04


ANGELS FALL FIRST

▲ doté d’une sensibilité absurde ; ce qui érafle les autres le déchire.
Enfants on joue. Avec tout ce qui peut nous tomber sous la patte. Un bout de bois ou bien une feuille morte, toute recroquevillée et desséchée. Aussi c’est ce que l’on nous répète sans cesse ; joue, joue joue. Lorsqu’un chaton embête le monde on lui dit simplement ; va donc jouer ailleurs. Alors que fait – il ? Il obéit. Et va jouer ailleurs. Et ... oh tiens un papillon ! Une feuille qui vole ! Une plume posée calmement contre le sol rocailleux. Et on n’a pas peur. Et on joue. Même les guerres, même les colères ne nous effraient pas. On se moque éperdument de tout, même de nos sentiments. Ils pourront bien attendre de toute façon. Ce n’est qu’un jeu après tout, non ?

Il la regardait dans le blanc des yeux, son sourire toujours bien encré sur ses fines pommettes, la lueur joueuse embrassant totalement ses prunelles vertes pâles. Il savait, au fond, que ce n’était qu’un simple jeu, digne du plus petit des chatons, et pourtant il prenait un grand plaisir à jouer de la sorte avec Nuée d’Hirondelles. Il se fichait passablement de ce que ses camarades pouvaient bien penser d’eux en cet instant, ce n’était pas eux qui n’avaient pratiquement pas fermé l’œil de la nuit, pas eux qui avaient ces étranges voix dans leurs têtes. D’habitude si distant, si froid, si renfermé, secret, sérieux, le voilà qui était redevenu ce petit chaton rieur, moqueur, presque irrespectueux qu’il avait été, avant. Il ne voulait pas savoir ce qui se passerait ensuite, lorsque l’un comme l’autre devrait se rendre à l’évidence qu’il y avait plus qu’une amitié, même très forte, entre eux deux. Alors il se concentrait sur le moment présent, bien décidé à chasser les frêles sentiments qui naissaient en lui. Il ne voulait pas l’aimer. Il n’en était même pas sûr, d’ailleurs. Pour lui c’était juste une amie exceptionnellement proche, rien de plus. Ça ne serait jamais rien de plus.

Un sourire boudeur, mais bien trompeur, alla se loger sur les lèvres de la femelle, contractant ses traits gracieux en une mimique adorable, qui en aurait fait fondre plus d’un. Pourtant, Sourire Caméléon, lui, était habitué à ce genre de manège de la part de la reine, c’était incessant entre eux. Doucement le sourire se teinta d’un mélange épais, indistinct entre sarcasme et malice, Sourire Caméléon soutint un instant son regard avant de la détourner un instant, distrait par un grain de sable qui s’était faufilé adroitement jusqu’au chemin de son nez et qui était venu le chatouiller désagréablement. Il retint un éternuement. Moment d’inattention fatal, car pendant qu’il regardait ailleurs la demoiselle en avait largement profité pour lui sauter dessus, et bien qu’elle fut d’un poids inférieur à celui du guerrier, le clouer au sol du mieux qu’elle pu.

« Et toi, dis moi, tu savais ? »

Miaula t – elle doucement, fixant le siamois avec insistance  d’un air amusé.
Sourire Caméléon ne répondit pas tout de suite, se contentant de lui rendre son regard, ajoutant à celui-ci une pointe d’une admiration forcée. La situation devait être, vue par quelqu’un d’autre que l’un des deux félins, drôle à voir ; une petite guerrière bicolore surplombant du mieux qu’elle pouvait un mâle haut sur pattes. Risible. Le matou lui donna une petite pichenette sur l’oreille et souffla brièvement par le nez. Il ne savait pas vraiment quoi répondre, ses yeux papillonnant de gauche à droite, se fixant par instant sur Nuée d’Hirondelles d’un air revêche. Finalement, plissant ses yeux en amandes il lui tira brièvement la langue d’un air provocateur qui voulait simplement dire ; « Mais bien sûr que je savais, je suis le grand, le respecté, le magnifique Sourire Caméléon, pour qui me prends – tu ? »
Puis, rangeant sa petite langue rose il la fixa, ne cherchant pas spécialement à se dégager. Il se retint d’éclater de rire, réalisant le geste enfantin qu’il venait de faire.
Mais ses yeux, eux, riaient pour lui.

Codage by Bird for all forums ©

_________________

“ mais, l'amour, ça fait mal.
mal.
tu le savais bien pourtant.
mais tu es comme ces camés qui se shootent.
sans jamais penser au manque.
et finissent dans la rue.
ivres de douleur.
en se tordant les mains. ”



nobody breaks my heart :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://breathing-ocean.forumactif.org/t450-why-did-you-put-my-heart-in-a-blender-ooo-sourire-cameleon http://breathing-ocean.forumactif.org/t487-sourire-cameleon-link
PLAGE
☼ Pseudo : © north.
☼ Messages : 49 ☼ Arrivée sur l'île : 18/07/2014

MY CAT LIFE

☼ Rang : chasseur.
☼ Âge en lunes : la petite quarantaine.

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles. Jeu 11 Sep - 18:50

up ? hi

_________________

“ mais, l'amour, ça fait mal.
mal.
tu le savais bien pourtant.
mais tu es comme ces camés qui se shootent.
sans jamais penser au manque.
et finissent dans la rue.
ivres de douleur.
en se tordant les mains. ”



nobody breaks my heart :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: angels fall first ; pv nuée d'hirondelles.

Revenir en haut Aller en bas

angels fall first ; pv nuée d'hirondelles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Notre fiche
» Angels fall first
» Demande de partenariat avec Angels Fall First
» Angels Fall First
» Angels Fall First

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BREATHING OCEAN. :: Archives :: Archives VERSION 1 :: RPG :: RPs :: RPs abandonnés-