BREATHING OCEAN.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(olympe) — i can't imagine my life without her.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: (olympe) — i can't imagine my life without her. Lun 20 Oct - 16:10

ET QU'EST-CE QUE J'M'EN VEUX.
Mourir, ça ne me fait pas si peur que cela. C'est plutôt la façon dont elle me tombera dessus. Je ne veux pas souffrir, je veux que ce soit rapide et indolore. Non pas me faire fusiller, mais une crise cardiaque ça me paraît moins horrible qu'une séance de torture. Tomber de fatigue après une longue, longue, très longue journée. Mourir dans son lit, entouré de ses proches, ça fait un joli tableau. Mais je ne veux pas leur infliger cette vision, ils ne le méritent pas. J'ai déjà eu quelques expériences avec la mort, et même si j'avais pleuré, je ne l'ai jamais crainte. Parce qu'après tout, c'est ce qu'il y a de plus naturel, tout a un terme. Mais me crasher comme un caillou qu'on balance rageusement depuis une montagne, je ne l'avais jamais envisagé ! Je n'en veux pas au pilote ou à son partenaire, ce sont des choses qui peuvent arriver. Mais ils auraient pu essayer de nous poser quelque part, au lieu de foncer droit vers l'eau ! Enfin, soyons positifs, une île est en vue ! On va pouvoir s'écraser sur la plage, ce sera toujours mieux qu'un volcan en éruption... J'espère qu'on ne va pas tous mourir explosés juste parce que le pilote s'est endormi pendant sa pause café ! Ou qu'il s'est enfermé dans les toilettes, j'en sais rien moi !


BOOOOOOOM !
Un choc qui a la force de faire heurter violemment ma tête dans le siège qui se trouve devant moi. Aouuutch ! Je décolle mon visage, je suis sonné et j'ai la tête qui tourne. Je me regarde, j'ai l'air entier, mon crâne ne s'est pas enfoncé dans je ne sais quelle barre de fer qu'il pourrait y avoir dans le dossier, mon coeur ne s'est pas arrêté... Je suppose que je ne suis pas encore mort. Le hublot éclaté ne m'offre qu'une vision floue de ce qui m'attend dehors. Je cours dans entre les rangées de fauteuils et sors de l'engin fracassé par un espèce de trou, sans doute la porte qui s'est arrachée.
Je déboule sur une plage à l'aspect paisible. Mise à part le sable qui semble avoir été soufflé pas le crash, on pourrait se croire sur une de ces îles paradisiaques en photo sur les prospectus d'agence de voyages. En trois pas, j'ai déjà une bonne poignée de sable dans les chaussures. L'endroit m'a l'air pas mal, presque accueillant. Mais j'ai d'autres préoccupations. Urgentes. Je m'extasierai devant les arbres plus tard. Je m'éloigne à peine de la carcasse qui nous a transporté dans les airs. De là où je suis, je vois les passagers sortir de la machine un à un et former une foule bruyante. Tout le monde a l'air horriblement secoué. Mais je cherche un seul visage. Celui de ma soeur, que j'ai peut-être entraînée vers la mort en lui demandant de voyager avec moi. Ce que je m'en veux. Les larmes ne sont pas loin lorsque je pense à cette issue fort probable. Olympe aurait très bien pu rester en Irlande. En sécurité, au lieu de survoler les continents et les océans avec moi dans cet avion. Je n'aurais jamais dû insister !

Je suis revenu sur mes pas, et l'impression que je vais retrouver son corps inerte sur le sol commence sérieusement à me tracasser. J'attends que les personnes se bougent un peu, qu'elles dégagent la sortie de l'avion et je m'engouffre à l'intérieur. Je cours plus que je ne marche, zigzagant de droite à gauche, je secoue les sièges, je me mets même à quatre pattes, à la hauteur de certains cadavres... Les rescapés sont sortis de l'avion, mais peut-être qu'elle est restée coincé dedans... Je m'arrête soudainement. Je me décide à l'appeler, je crie mais ma voix est sur le point de se briser. Je redoute plus que tout que ce soit le silence qui me réponde.
« OLYMPE ? OLYMPE EST-CE QUE TU ES LÀ ? OLYMPE ! RÉPONDS-MOI ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: (olympe) — i can't imagine my life without her. Sam 25 Oct - 22:07


i can't imagine my life without him

Olympe feat Thomas.


 



« OH MON DIEU !!! Ce n'est pas possible ! C'est une blague !! Ils nous font tous marcher !! Je ne peux pas les croire ! C'est impossible !! »

Je n'ai pas pour habitude d'être hystérique et de parler très fort non très loin de là.. Mais cette fois c'était très différent ! Le pilote de l'avion venait de nous prévenir qu'il allait devoir faire un atterrissage forcé, autrement qu'il allait s'écraser.. Dans tous les cas, je l'avais compris comme cela moi. Il faut dire qu'à la vitesse à laquelle nous étions en train de perdre de l'altitude, tout l'avion pensait comme moi. La fait de descendre aussi rapidement me faisait même terriblement mal aux oreilles. J'avais l'impression de perdre mes tympans. Je posais alors mes mains sur mes oreilles pour les bouchers dans l'espoir que cela se calme.

J'ai tellement peur que je sanglote et je retiens quelques larmes.. C'est la zizanie dans l'appareil. Les enfants crient et pleurent, des adultes hurlent aussi, tandis que d'autre frappe à la cabine du pilote pour avoir des explications. Les pauvres hôtesses de l'air demandent aux passagers de garder leur calme, mais évidemment peu de gens les écoutes. C'est impossible de rester calme dans de telles circonstances. Dans tous ce K.O. j'entends quelqu'un crier que la fin de l'avion vient de se casser... J'ai peur... Je tremble de partout maintenant, mais je n'ai pas le temps de me retourner pour voir ce qu'il se passe. L'avion heurte le sol dans un terrible brouhaha. Je suis projetée vers l'avant et me frappe violemment le crane. Puis plus rien..

Alors c’est ça mourir ?



Je n’avais pas imaginé ma mort comme cela.. Je n’avais pas pensé qu’un jour je perdrais la vie en voyage avec mon frère. Non je pensais que je vivrais assez âgée. Oui j’aurais beaucoup aimé mourir de vieillesse. Mourir après avoir connu pleins de belles choses. Mourir après avoir connu l’amour, après avoir eu un beau mariage et avoir vu mes enfants grandir. Non je ne voulais pas mourir maintenant ! Il y avait tellement de choses que je n’avais pas encore faites ! Je ne pouvais pas perdre la vie avant d’avoir été au moins une fois amoureuse dans ma vie ! (Oui parce que les petits copains de maternelle ça ne compte pas !) Je voulais aussi encore visiter pleins d’endroits sur la terre, réussir mes études, etc..
Au moins je pouvais être rassurée d’une chose. Mourir ne faisait pas mal. Ou du moins je n’avais pas eu mal. C’était bref, rapide, sans aucune douleur.
Mais je ne voulais pas mourir !



Quand j'ouvre soudainement les yeux, une personne se trouve penchée au-dessus de moi. Elle semble être en train de me faire un massage cardiaque ou quelque chose dans le genre. Sans le vouloir, je lui crache même un peu d'eau au visage, mais il n'a pas l'air de m'en vouloir. Non au contraire il me sourit. Sans doute parce que je viens de reprendre mes esprits. Il pourra se dire qu'il a sauvé une vie aujourd'hui.

« Comment vous appelez-vous ? »

« Olympe. »

Je ne sais pas trop où je suis, ni ce qui se passe autour de moi, mais je me souviens de mon prénom. Après mettre frotter la tête et réfléchie quelques secondes, je me rappelle des évènements. Le voyage, l'avion, le crash, mon frère... MON FRERE ! J'avoue ne plus écouter l'homme qui vient de me sauver la vie, je cherche des yeux mon frère dans tous ce monde. Des gens grouillent de partout et je ne parviens pas à le voir assise comme cela au sol. Je me relève en m'appuyant sur l'homme qui se trouve autour de moi et continue à le chercher.

« Dites, vous n'auriez pas vu un homme, brun voir châtain, enfin blond avec des yeux marron ? Il s'appelle Thomas. »

Certes ma description est très loin d'être clair, il faut dire qu'un million d'idées se bousculent dans mon esprit. L'homme me fait non de la tête.. Je n'attends pas plus d'une seconde pour partir à sa recherche. Je remercie tout d'abord le brun qui vient de m'aider avant de marcher dans le sable en criant le nom de mon frère ainé

« Thomas ?! THOMAAAAAS ?! »

Une réponse rapide aurait sans doute été bien trop belle et inespérée... Un miracle même ! Je continue mon chemin en me dirigeant vers ce qui reste de l'avion. Ce n'est vraiment pas beau à voir.. Les restes de l'engin jonche le sol.. J'ai l'impression que la situation est la même qu'avant le crash. Des gens pleurent, crient et cours dans tous les sens.

« OLYMPE ? »

Je me retourne brusquement. Est-ce mon esprit qui me joue des tours ou je viens clairement d'entendre la voix de mon frère ? Je vois alors une silhouette au loin, entre deux personnes qui pourrait correspondre à celle de Thomas.. J'avance, lentement pour ne pas me faire de faux espoirs

« OLYMPE EST-CE QUE TU ES LÀ ? OLYMPE ! RÉPONDS-MOI ! »

C'est lui !!

« ICI ! THOMAS !! »

Je lève haut les bras et cours en sa direction. Je me jette dans ses bras et me blottie contre son torse. Je suis tellement heureuse de le retrouver. Je me mets même à pleurer.

« Je suis tellement heureuse de te voir. J'avais peur que tu... »

Il m'était impossible de finir ma phrase tellement cette idée m'horrifiait. Mais il fallait que je l'oublie ! Il était là dans mes bras et pas... Au fond de l'océan avec le reste de l'avion..

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: (olympe) — i can't imagine my life without her. Mer 29 Oct - 20:24

ELLE S'ACCROCHE À MOI COMME À UNE BOUÉE.
Je l'entends. Sa voix. Olympe n'est pas loin, elle a au moins la force de crier. Enfin, pour ça elle a toujours été très douée. Quand on n'avait même pas dix ans, on s'amusait à tester l'écho d'un appartement vide. Peut-être qu'elle ne s'en souvient pas... Je me focalise sur son appel au point d'oublier d'y répondre. Ce que ça fait du bien de l'entendre, même quand elle hurle. Je vais vous paraître fou, mais ça me fait l'effet d'une caresse à mon oreille. Je cours à droite à gauche et m'arrête soudainement. Elle se rue vers moi et en quelques secondes, elle se blottie dans mes bras. J'ai l'impression que ces instants durent une éternité, que si elle se retourne, l'océan l'aspirera sans attender. Elle s'accroche à moi comme à une bouée, mais ce qu'elle semble ignorer, c'est que c'est elle, ma bouée. Elle me maintient à la surface de l'eau. Je me serais noyé en apprenant sa... Oh, et je ne peux pas. Je ne peux pas m'imaginer ma vie sans elle. Je ne peux pas continuer de penser ainsi. Je ne peux plus penser, je vais finir par exploser. « Chut... On est ensemble, on est vivants, on n'est pas... » Ma voix se serre et il n'y a que des larmes qui affluent. Je ne les retiens pas. J'en suis incapable. Elles dégoulinent le long de mes joues devenues écarlates.« Oh Olympe... Je suis désolé, si tu savais combien j'm'en veux... Je devais pas te persuader de m'accompagner... » J'ai l'impression de retomber en enfance, de redevenir le petit garçon qui s'excuse après sa bêtise. Cette idée ne me donne pas envie de vomir, mais j'aurais préféré que je repense à mon enfance d'une autre manière ; pas en entendant les cris désespérés de ma soeur ou en sanglotant comme... Comme rien du tout. J'ai la gorge sèche et les yeux qui me brûlent. Je la sens crispée, soulagée mais effondrée. J'ai envie de dire « On a survécu, you-ouh regarde derrière toi y a une super île viens on va faire une cabane en attendant ! » mais l'envie m'en manque. En attendant quoi ? On n'a rien à faire sur cet îlot, on est juste pas morts aujourd'hui, on ne tiendra pas...

Ces pensées ne me ressemblent pas ! Je ne dois pas me laisser aller ainsi. Un peu d'optimisme... Je me détache un petit peu de Olympe, le souffle court. Je me risque à tourner la tête. Ce que je découvre est sans pareil : une plage de sable fin, de l'eau bleue à perte de vue bien sûr, mais des falaises et le début d'une jungle qui doit être gigantesque. Ça fait un sacré paysage. Ça me fait penser à ces émissions où les candidats sont jetés dans un environnement inconnu. Je murmure à peine. « Oh mais regarde-moi tout ça... » Et je me souviens de nos fiers châteaux de sable, de nos huttes improvisées en pleine forêt pendant que nos parents cueillaient des champignons, nos cachettes faites d'un amas de coussins du canapé... « Ça va nous faire beaucoup, mais alors beaucoup de châteaux de sable ! » Je m'écrie, les yeux encore rouges.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: (olympe) — i can't imagine my life without her.

Revenir en haut Aller en bas

(olympe) — i can't imagine my life without her.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (olympe) — i can't imagine my life without her.
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BREATHING OCEAN. :: Archives :: Archives VERSION 1 :: RPG :: RPs :: RPs abandonnés-